twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mali : Escalade de la censure d’internet à la proclamation des résultats

mercredi 15 août 2018

Internet Sans Frontières exprime sa très vive préoccupation suite à censure du réseau Internet malien. L’accès à Internet Mobile est coupé dans la capitale Bamako et dans les régions de Tombouctou et Gao notamment. C’est ce qu’ont relevé des correspondants d’Internet Sans Frontières dans ces villes. Également, les relevés de la carte du global Internet Intelligence Map montrent un chute du volume de données à l’entrée et à la sortie du réseau Internet Malien depuis mercredi 15 août à 21H00 GMT.

Copie du relevé de requêtes IP envoyées sur les routeurs du réseau local Malien par le service internet intelligence Map de Oracle

Selon Fatouma Harber, membre de la communauté des blogueurs du Mali : “les connections mobiles ne sont plus accessibles depuis 20H GMT. Seuls sont disponibles les connections ADSL, mais le problème est que seules les institutions et les entreprises peuvent se permettre d’accéder à Internet via ce moyen qui est extrêment cher pour la plupart des maliens“.

Escalade des moyens de censure du réseau Malien

Depuis le 29 juillet 2018, date du premier tour de l’élection présidentielle au Mali, une escalade dans la méthode de censure du réseau Internet Malien a été constatée par Internet Sans Frontières. Le premier acte de la censure a été la restriction d’accès aux principaux réseaux sociaux, depuis le réseau de l’opérateur de téléphonie principal Orange Mali. La mission européenne d’observation électorale avait également appelé le gouvernement à préserver l’accès à Internet.

Pour Julie Owono, directrice exécutive d’Internet Sans Frontières : “Au Mali, l’accès à l’information, et en particulier à Internet en période électorale est un critère important pour évaluer la transparence, la crédibilité et la sincérité du vote. C’est la première fois de son histoire que le Mali se coupe totalement du réseau Internet. Nous regrettons que le Mali choisisse de ne pas respecter le droit international qui protège la liberté d’expression. C’est un droit civique important en période électorale.“

(Source : Internet sans frontières, 15 août 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)