twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Lutte contrele terrorisme et la cybercriminalité : 17 policiers sénégalais « armés » pour faire face

mercredi 20 février 2013

Ce sont au total, 17 participants qui ont reçus hier mardi 19 février 2013 leurs certificats de fin formation dans la lutte contre la cybercriminalité, à l’initiative du gouvernement des États-Unis dans le cadre du Programme d’assistance antiterroriste de la sécurité diplomatique (ATA). La cérémonie de remise de sésames à été organisée à l’école nationale de police, en présence de plusieurs responsable de la Police nationale et des membres de la représentation diplomatique américaine.

Ils sont 17 agents des forces de l’ordre à avoir pris part au séminaire de formation pour lutter plus efficacement contre la cybercriminalité. Dans le cadre du Programme d’assistance antiterroriste de la sécurité diplomatique (ATA), le gouvernement des États-Unis a organisé une session de formation en cybercriminalité depuis le 11 février dernier à l’Ecole nationale de police (ENP). Durant près de deux semaines, agents de polices et de la sécurité nationale et publique, ont reçu des enseignements sur les techniques et les moyens efficaces de nuire aux plans des malfrats qui écument désormais la toile.

Lors de la cérémonie les différents récipiendaires non pas manqués de montrer leur gratitude à l’endroit de leurs instructeurs. Ainsi un lion d’or, une carte du Sénégal, et un baobab ont été offerts aux trois agents américains venus partager leurs savoirs et leurs expériences avec ces sentinelles de la nation sénégalaise. Des cadeaux symbolique et riche de signification n’ont pas manqué d’arracher des sourires dans la délégation américaine. Aussi, un discourt à l’endroit de ces différents moniteurs à été prononcé par l’un des participants pour accompagner ce geste.

Madame Coumba Ngouille Thiam, l’une des participantes, fonctionnaires de police, instructeur en informatique, et intendante à l’Ecole national de police, exprime sa satisfaction : « Il s’agissait de permettre aux différents fonctionnaires de police de Collecter des informations sur la cybercriminalité. C’est-à-dire la pédopornographie, escroquerie et autre abus de confiance que nous voyons à travers le net. Nous avons noté une très bonne participation des différents membres de la police qui ont bien maitrisé et bien assimilé les outils que les américains nous ont donnés pour pouvoir collecter des preuves sur la cybercriminalité. C’est un premier jalon il y en aura d’autres. »

A charge maintenant pour ces différents fonctionnaires de police, de faire bénéficier aux autres agents qui sont déjà sur le terrain, de cette expérience. « Il va falloir maintenant pour nous qui sommes de l’école, de faire des modules de formation pour ceux qui sont sur le terrain mais aussi pour ceux qui sont en formation », confirmera-t-elle.

Une satisfaction a aussi été noté du coté des instructeurs qui ont salué l’hospitalité des sénégalais et la réceptivité des stagiaires. « Cet atelier de formation a été organisé pour former les agents de police du Sénégal et mets l’accent sur l’identification et la collecte des pièces à conviction numérique, ceci, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Il s’agissait de donner des compétences de haut niveau à tous les agents chargés de l’application de la loi afin de leurs permettre d’arrêter les criminels et stoker les pièces à conviction numérique. Par exemple comment récupérer des preuves importantes avant l’arrêt d’un ordinateur. Preuves qui pourront s’avérées êtres très utiles lors de leurs enquêtes. Aussi, ils ont été excellents ils ont terminés les différents exercices et j’ai été très impressionné par leurs compétences techniques et par leurs connaissances », dira Tom Bureau, instructeurs au programme de lutte contre le terrorisme au département d’Etat aux USA.

A noter que tout ceci rentre dans le cadre du vaste programme dénommé ATA. Il permet aux États-Unis de travailler en étroite collaboration avec les différents gouvernements hôtes, afin de protéger les frontières nationales. Toutefois, le programme ne concerne pas uniquement le Sénégal, mais la région de l’Afrique de l’Ouest, où le Sénégal est un chef de file.

Jean-Gervais Ndjimbi-Ndong

(Source : Sud Quotidien, 20 février 2013)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)