twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Lutte contre les violences basées sur le genre : Briser les tabous par les TIC

jeudi 28 mai 2015

Un atelier de formation de deux jours sur les médias sociaux réunit à Dakar des acteurs de la lutte contre les violences basées sur le genre venant de 4 pays africains.

L’objectif est de conscientiser les différentes parties prenantes sur le rôle que peuvent jouer ces outils de communication dans l’atteinte de leurs objectifs.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet dénommé « Briser le silence, lever les tabous » et initié par l’Institut panos Afrique de l’Ouest (Ipao), des acteurs de la lutte contre les violences basées sur le genre sont en formation de deux jours sur les médias sociaux à Dakar.

L’objectif de la rencontre ouverte hier, mercredi 27 mai, est, selon, Mame Coumba Thioye, coordonatrice du département Femmes, Enfants de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) et point focal du projet, d’inviter les acteurs à s’approprier les médias sociaux pour un partage plus rapide de l’information.

Mame Coumba Thioye reste convaincue du rôle que peuvent jouer ces moyens de communication dans la lutte contre les violences basées sur le genre car, trouve-t-elle, « tout le monde utilise les médias sociaux.

Et, ils permettent de partager l’information en temps réel ». Mieux, ajoute-t-elle, « ils sont des outils performants en termes de prévention et de documentation ».

L’usage des médias sociaux permettra aussi une documentation de tous les cas de violences enregistrés dans les 10 organisations qui se sont engagées dans la mise en œuvre du projet.

Avec l’usage des médias sociaux, le projet « Briser le silence, lever les tabous » permettra aussi, à en croire Mame Coumba Thioye, de répertorier les différentes formes de violences et les actions de prise en charge et de préventions développées.

S’y ajoutent les mesures préconisées par les autorités mais aussi les gaps et les contraintes en vue de dégager des orientations stratégiques.

Le projet regroupe des organisations venant de 4 pays : le Sénégal, la Mauritanie, le Mali et le Cameroun.

A terme, avec l’apport des médias sociaux et le partage de connaissances des différents acteurs, la finalité visée par l’Institut panos est d’amener les Etats à respecter les engagements qu’ils ont pris dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

Mame Coumba Thioye trouve que des pays, à l’image des Sénégal, ont ratifié toutes les Chartes et Conventions contre les violences faites aux femmes mais leur application fait souvent défaut.

Fatou Ndiaye

(Source : Sud Quotidien, 28 mai 2015)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)