twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Lutte contre la haine et la désinformation sur les réseaux sociaux : Le Cudis porte le combat

vendredi 26 août 2022

Pour lutter contre les dérives sur les médias et les réseaux sociaux, le Cadre unitaire de l’islam au Sénégal (Cudis) a lancé, hier, une campagne contre la haine et la désinformation sur les réseaux sociaux, en s’appuyant sur le partenariat avec Meta (propriétaire de Facebook, Whatsapp et Instagram pour le moment). Selon le communiqué du Cudis reçu à ‘’EnQuête’’, cette campagne, qui va durer quatre mois, sera l’occasion de passer des spots de conscientisation sur tous les médias et les réseaux sociaux.

Le Cadre unitaire de l’islam du Sénégal (Cudis) souligne qu’aujourd’hui, c’est par millions que se comptent les usages quotidiens des médias et réseaux sociaux qui bousculent tous les modes traditionnels de communication. Cette facilité ‘’de naviguer’’ à laquelle ont accès tous les jeunes d’aujourd’hui, fait que les langues se délient plus facilement et les idées s’affrontent, quelquefois sans filtrage.

Selon le communiqué du Cudis, "il serait utile de rappeler qu’au moment où les grandes dictatures censurent les presses traditionnelles de leurs pays, les réseaux sociaux deviennent des modes non seulement de communication, mais aussi d’organisation. L’exemple des printemps arabes n’est pas si loin de nous. C’est aussi via un simple groupe Facebook qu’est né le mouvement des Gilets jaunes en France".

Dans la même note, le Cudis soutient que "la chance du Sénégal a toujours été la coexistence pacifique et la bonne entente entre ses différentes communautés religieuses. Une « exception sénégalaise » qui risque toutefois d’être de plus en plus malmenée et remise en cause par certains germes de conflits récurrents qui, mal gérés ou négligés, peuvent susciter dans le long terme des tensions ou même des dissensions durables et préjudiciables au vivre ensemble. Ces germes sont surtout amplifiés, dans le contexte actuel, par le traitement non réfléchi de certains contenus (provocations délibérées, incitations à la haine ou à la dépréciation religieuse, etc.) par les médias et surtout par leur capacité de propagation extensive à travers les réseaux sociaux et l’internet".

Depuis très longtemps, notre cher Sénégal a joui d’une réputation de terre d’exception où le pluralisme des confessions et les particularismes des attachements doctrinaux rimaient avec harmonie et juste milieu. Ainsi, "des traditions séculaires de métissage et de mobilité ont préparé et enfanté une société où la parenté, la foi religieuse, l’ouverture à l’autre et l’acceptation de la pluralité, des principes de vie conciliants et des logiques dialogiques ancrées ont été longtemps structurants dans son fonctionnement", lit-on dans le document.

Un mécanisme d’anticipation et de gestion sur les sources de conflits

Toutefois, les temps semblent changer. En effet, l’espace public sénégalais devient de plus en plus l’objet d’un travail de capture de la part de nombreux groupes qui s’y affichent de manière plus ou moins bruyante avec des projets plus ou moins structurés de re-façonnage de celui-ci, selon leurs desseins propres.

Ce sont ces problèmes qui justifient cette campagne que "nous déployons à partir d’aujourd’hui. Elle vise à promouvoir le vivre ensemble et lutter contre les discours de haine sur les médias et réseaux sociaux. Le constat est parti du fait que ces derniers ne sont pas assez utilisés, notamment au Sénégal, pour contrer les discours de haine et mieux promouvoir notre modèle de coexistence au moment où plusieurs études montrent que les groupes extrémistes recrutent massivement sur les médias et réseaux sociaux, plus spécifiquement, sur le DarkNet".

Pour pallier les graves risques que cette situation fait courir à la stabilité du pays, un mécanisme d’anticipation et de gestion sur les sources de conflits a été imaginé par le Cudis, avec des procédures d’intervention bien définies. C’est dans ce cadre qu’il lance cette campagne contre la haine et la désinformation sur les réseaux sociaux en ou appuyant sur notre partenariat avec Meta (propriétaire de Facebook, WhatsApp et Instagram pour le moment). Cette campagne durera quatre mois et sera l’occasion de passer des spots de conscientisation sur tous les médias et les réseaux sociaux.

‘’En cela nous souhaitons l’accompagnement de la communauté nationale dans toutes ses composantes. Nous souhaitons que de plus en plus de Sénégalais comprennent que la désinformation et le discours de haine ne sont pas conformes à nos croyances et aux enseignements de nos grandes figures religieuses’’, ajoute le Cudis.

Fatima Zahra Diallo

(Source : L’Enquête, 26 août 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik