twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Lutte contre la fraude à l’état civil : Le Sénégal préconise l’informatisation du système

samedi 9 août 2008

Les conclusions des groupes de travail, relatives aux enjeux et aux perspectives de l’état civil au Sénégal, ont un dénominateur commun. Restituées hier lors de la clôture de l’atelier sur ‘L’état civil au Sénégal : enjeux et perspectives’, elles convergent vers deux impératifs qui tiennent à cœur le ministre d’Etat, ministre de la Décentralisation et des Collectivités locales. Il s’agit de la déclaration universelle des actes d’état civil et la lutte contre la fraude.

‘Les restitutions que nous venons de suivre montrent bien que tous nos efforts doivent tendre vers la satisfaction des deux impératifs que j’ai désignés à l’ouverture du séminaire (mercredi dernier, Ndlr), à savoir la déclaration universelle des actes d’état civil et la lutte contre la fraude’, déclare Ousmane Masseck Ndiaye. ‘Nous ne cesserons jamais d’insister sur la nécessité de lutter contre la fraude. J’invite tous les acteurs à mobiliser leurs énergies et à se dresser contre ce fléau qui gangrène notre système et risque de réduire à néant tous les efforts que nous aurons entrepris’, préconise-t-il.

Et la solution passe par l’informatisation du système, selon le ministre. ‘L’informatisation est clairement apparue comme la solution majeure qui permettra de résoudre un bon nombre de problèmes en matière d’état civil’, indique-t-il. ‘Nous devons la réaliser dans les meilleures conditions et délais, car il y va de la fiabilité et de la crédibilité de notre système vis-à-vis des nationaux et des étrangers’, ajoute-t-il.

Parallèlement à la question de l’informatisation, le ministre d’Etat fait, en outre, un clin d’œil à d’autres aspects de la réforme de l’état civil lorsqu’il parle de la réglementation, des ressources humaines et du financement de l’état civil. Défini comme étant une institution juridico-administrative chargée de rendre publique la preuve de l’identité de la personne et les principaux évènements qui interviennent au cours de sa vie, l’état civil au Sénégal souffre de nombreux problèmes dont l’absence et le retard de la déclaration d’une naissance ont été classés au premier rang. D’où l’intérêt de cette réforme.

Ndakhté M. Gaye

(Source :Wal Fadjri, 9 aout 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)