twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Louga - Enseignement virtuel : L’Internet au service des échanges pédagogiques

jeudi 18 novembre 2004

Un réseau Internet haut débit vient d’être installé pour les élèves de l’école primaire Keur Serigne Louga sud. Cette réalisation porte l’empreinte de six élèves de Terminale en C.A.P. télécommunication du lycée René Bonnet de Toulouse, accompagnés de leurs encadreurs. Ainsi, leur séjour d’une semaine à Louga qui a pris fin le week end dernier, a été plus que bénéfique pour les élèves de la localité. Avec le matériel et les moyens nécessaires, ils sont venus câbler et mettre en réseau seize ordinateurs. Ils en ont aussi profité pour électrifier trois salles de classe. Au-delà des « changements de température qui fatiguent », Xavier Dumont, un des élèves, préfère garder « cette expérience nouvelle et enrichissante ».

A la base de cette initiative, l’association Tukki parole (la parole qui voyage) dont la raison d’être tient au développement de projets d’échanges autour de la langue française. Elle réunit en son sein des enseignants, des travailleurs d’Edf-gdf, et des Sénégalais vivant à Toulouse. « Il y a deux ans, nous avons découvert après constat que le Sénégal passait dernier aux tests de français qui ont été faits dans plusieurs pays. Nous nous sommes demandés ce que nous pourrions faire en tant qu’enseignants pour ces jeunes. L’idée de permettre des échanges en temps réel entre jeunes du Ndiambour et de Midi-Pyrénées nous a habités. C’est de là que Tukki parole a commencé à prendre forme », estime Moustapha Diop, triplement concerné. Initiateur et président de l’association, il est aussi professeur en électrotechnique au lycée René Bonnet, et originaire de Keur Serigne Louga. Il assure que « le jour où on se rendra compte qu’il n’y a plus d’échanges, l’association disparaîtra. Il ne s’agira pas d’aller sur le web pour faire du n’importe quoi. Les ordinateurs ne sont pas pour faire de ces élèves des informaticiens. A force de les manipuler, d’autres compétences vont naturellement se développer. Tant mieux. Mais ils vont servir d’outils pédagogiques comme les livres. Ils vont servir à faire des échanges, en temps réel ». C’est dire que le principal intérêt de ce dispositif reste pédagogique. Pour l’initiateur du projet, il serait extrêmement important de permettre à un élève de Cm2 de pouvoir écrire une lettre, la taper, en faire un produit fini très propre. De même qu’en français et en mathématiques il est prévu des exercices sur la base d’une certaine maîtrise des logiciels d’application. Un professeur devrait venir de Toulouse en février pour évaluer le déroulement des opérations.

Cette action a été rendue possible grâce à un partenariat entre Tuuki parole et le lycée René Bonnet d’une part et avec le conseil régional de Midi-Pyrénées, et des entreprises basées à Toulouse intervenant dans les domaines concernés, d’autre part.

On ne peut cependant ne pas déplorer l’état des lieux. La classe transformée en salle informatique de l’école Keur Serigne Louga sud ne semble pas encore prête pour épouser sa nouvelle vocation. Il convient nécessairement de changer la porte et les fenêtres sans grille de sécurité et qui laissent des trous béats soumettant ainsi les machines à l’épreuve de la poussière. L’absence de climatisation demeure un casse-tête. Pour le directeur de l’école, Pape Mboup, il s’agit maintenant d’une affaire de gestion qui incombe à l’école et aux parents. « Les ordinateurs doivent aussi permettre à l’école de mener des activités génératrices de revenus pour prendre en charge l’abonnement, les frais de gardiennage, et l’amélioration de l’état de la salle. » En attendant de mettre en place des mécanismes de pérennisation, il annonce la création d’un comité de gestion. Du côté de Tukki parole, on pense qu’il faudrait évaluer tous les six mois. Si le résultat est probant, « le projet sera développé encore plus pour les élèves du Sénégal » en relation avec d’autres de Toulouse pour le moment et du Maroc plus tard. Participant ainsi à la réduction de la fracture numérique.

Pape Diakhaté

(Source : Le Quotidien, 18 novembre 2004)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)