twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Licence 3G+

vendredi 25 juin 2010

En sortant de leur rencontre d’avant-hier avec le ministre conseiller du Président de la république chargé des NTIC, Thierno Ousmane Sy, les responsables de l’Intersyndicale des travailleurs de la Sonatel étaient euphoriques. Ils étaient rassurés par leur hôte sur l’autorisation de la Sonatel d’exploiter la 3G+. « Le chef de l’Etat va signer le décret après qu’il a demandé que le dossier soit définitivement traité », a-t-il dit aux syndicalistes selon ce qu’en a rapporté le journal « L’Observateur » dans son édition d’hier. Seulement, les choses ne vont pas être aussi simples que l’ont entendu les représentants des travailleurs. Selon les échos qui nous sont parvenus, quand la Sonatel qui dispose d’une licence Gsm, a sollicité son extension à la 3G+, cela a entrainé de facto une renégociation de son cahier de charges.

Ce travail, les documents ont été transmis aux autorités, mais en sont pas encore signés. Petit digression interrogative : est-ce pour cela que le dossier s’est perdu à deux reprises dans les couloirs du Palais ? Revenons à ces documents qi ne sont pas encore signés pour dire que, selon les langues pendues qui captent tout ce qui est Ntic dans ce pays, il y a un gros dans toute cette affaire : il s’agit du prix à payer par la Sonatel pour opérer avec la 3G+. La Sonatel avait proposé 3 milliards environ mais il semble qu’au niveau de l’Etat, on veut plus encore. Lisez ce que dit une de ses langues pendues : « Toutes proportions gardées, l’Etat peut réclamer jusqu’à 10 milliards ce qui ne serait pas exagéré ». Elle invoque la « jurisprudence » en France.

Et vous savez quoi, en France, Orange, la marque par laquelle France Télécom opère sur le mobile, a payé, tout comme Sfr, 619, 2 millions d’euros (406,168 milliards de Fcfa) en plus de 1% de son chiffre d’affaires pour avoir l’autorisation d’exploiter la 3G+. Au niveau de la Sonatel, ceux que nos capteurs ont pu câbler s’arrachent les cheveux et soupçonnent une volonté de certaines personnes tapies dans l’ombre de vouloir remettre en cause les accords trouvés et confirmés dans une lettre de l’ARTP à la Sonatel en 2009 et dont la contrepartie financière est 3 milliards en plus de 3% du chiffre d’affaires de la Sonatel généré par la 3G+. Ces mêmes Sonatéliens persistent : « c’est après consultation et accord des autorités gouvernementales que la décision a été prise, nous a signifié l’Artp ».

(Source : Le Populaire, 25 juin 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)