twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Libéralisation du téléphone : Le turbulent silence de l’Etat

lundi 26 juillet 2004

La libéralisation du secteur du téléphone est officiellement effective depuis la semaine dernière. Et comme certains spécialistes l’avaient déclaré déjà dans nos colonnes, près d’une semaine après la date officielle, rien ne bouge dans le secteur, au Sénégal. Cela n’empêche que des candidats se découvrent et se manifestent. Le secteur ayant déjà suffisamment démontré son dynamisme, cette situation n’est pas non plus pour surprendre. C’est le contraire qui aurait été étrange. Mais le dilatoire dont semble faire preuve les pouvoirs publics n’est pas pour rassurer tous ceux qui s’apprêtent à mettre leurs billes dans l’affaire, ou qui s’y sont un tant soit peu engagés. Il y a quelques jours, un candidat a assuré de sa volonté d’investir plus de 50 milliards de francs dans ce domaine. D’autres sont beaucoup plus prudents, parce que sans doute plus longtemps installés sur le marché. C’est le cas de Antg Telecom (Advanced Network Technology Group). Celle-ci est une société spécialisée dans les nouvelles technologies de l’information et des communications, mise en place par un groupe de jeunes experts sénégalais ayant fait leurs preuves dans des compagnies internationales de référence. Son directeur, M. Oumar Ndiaye, est d’ailleurs installé aux Etats-Unis d’Amérique d’où il opère de nombreuses navettes avec le Sénégal. Selon les dirigeants de la boîte, la filiale de Dakar a pour ambition de mettre « notre expertise au service des entreprises sénégalaises dans les domaines de la conception et de l’optimisation des réseaux complexes comme l’intégration données, de la voix et de la vidéo, l’amélioration des systèmes d’informations internes (procédures & communication Inter-fonctionnelle) ainsi que dans celui de la mise en place de systèmes de câblages intelligents alliant l’informatique et les télécoms (voix données images) ». L’entreprise veut intervenir également dans le domaine des techniques de l’Internet sans fil, communément appelé Wireless, par la mise en place de boucle radio, avec l’utilisation des technologies les plus avancées de cryptage. Antg n’a jamais caché sa volonté de s’engager dans des domaines aussi différents que la téléphonie fixe ou les Nouvelles technologies. Ce qui explique sa perplexité face au flou dont font preuve les pouvoirs publics.

Mohamed GUEYE

(Source : Le Quotidien 26 juillet 2004)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)