twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les téléviseurs à l’heure du numérique : Vendeurs et consommateurs entre ignorance et craintes

lundi 30 mars 2015

A un peu plus de deux mois du passage de l’analogie au numérique, des conteneurs remplis de téléviseurs réformés venant d’Europe continuent d’inonder Dakar. Ils sont échangés à des prix à la limite dérisoires. Certains des vendeurs et consommateurs ignorent que ces matériels ne seront plus d’actualité, tandis que d’autres s’y lancent à leurs risques et périls. Seules les grandes surfaces vendent des téléviseurs répondant aux normes en perspective du « tout numérique ».

Niarry Tally, Bourguiba, Bopp et Hlm, ces quartiers sont considérés comme de véritables dépotoirs de matériels électroménagers, surtout venant de l’étranger. Il ne se passe pas une semaine sans qu’un conteneur ne soit déchargé quelque part. Dans ce bazar, on y retrouve des téléviseurs non adaptés au numérique. Ce matériel vendu à petit prix, attire des clients qui viennent s’en procurer à cœur joie. A deux mois du passage de l’analogique au numérique, certains font des affaires avec ces marchandises réformées, pour l’essentiel.

A Niarry Tally, ces postes téléviseurs sont trouvables un peu partout. Les prix varient entre 50.000 et 10.000 F Cfa. « Avoir un téléviseur n’est plus un luxe », dira le vendeur. Et de poursuivre que « les affaires, malgré la baisse des prix, ne marchent pas bien. C’est uniquement pendant les manifestations sportives comme la Can (Coupe d’Afrique des nations-ndlr), que les gens viennent en masse acheter des téléviseurs. » Interrogé sur le fait que ces téléviseurs ne seront plus aptes d’ici deux mois environ, avec le passage au numérique, Moustapha Sall répond : « je ne suis pas au courant. Je ne suis qu’un vendeur qui met à exécution les ordres de son patron. » Cette réponse est la même servie par certains vendeurs rencontrés à Bopp et Bourguiba.

Par contre, d’autres connaissent bien cette donne, mais ne croient pas à la disparition totale de ces matériels. « C’est vrai que nous allons être dans l’ère du numérique, mais je ne pense pas que ces téléviseurs puissent disparaitre. Les familles gardent ces modèles dits anciens parce qu’ils n’ont pas les moyens de se payer des écrans plats. Alors, l’Etat devra-t-il leur privé d’images ? Si c’est le cas, ca sera chaotique », fait remarquer Amath Dieng, rencontré à Bopp.

Chez les consommateurs, le doute et l’ignorance planent dans les esprits. Ceux qui s’en procurent ne sont pas nantis, ils achètent ces téléviseurs juste pour satisfaire leurs progénitures, tout en gardant l’espoir qu’ils ne vont pas les perdre avec le numérique. Un sentiment partagé par ce père de famille venu aux Hlm acheter un téléviseur. « Je veux faire plaisir à ma femme et aux enfants. Même avec ces prix dans les bazars, il n’est pas évident d’avoir à un bon téléviseur, de qualité et à bon prix. J’ai acheté ce poste à 40.000 F Cfa, mais le vendeur a accepté de me le faire payer en tranche. Et je pense que c’est une bonne partie », explique Marion Mouligan rencontré au Hlm.

Concernant la disparition de ces téléviseurs analogiques au profil de ceux numériques, notamment les écrans plats, l’homme déclare que « c’est impossible, peut-être dans le long terme, oui. L’Afrique n’est pas développée comme l’Europe pour suivre la marche forcée du monde ». M. Mouligan est le seul consommateur qu’on a pu approcher. Dans les autres sites, les vendeurs on refusé que l’on s’approche de leurs clients de peur de « gâter » leur commerce. Au niveau des grandes surfaces comme les boutiques agréées Samsung, LG, chez les marocains, etc. tout est à l’ère du numérique. Aucun téléviseur analogique n’est exposé dans les rayons.

Denise Zarour Medang

(Source : Sud Quotidien, 30 mars 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)