twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les réseaux sociaux made in Afrique Francophone. Bonne idée ?

mercredi 18 juillet 2012

Un Internet qui nous ressemble et qui correspond à nos réalités. That is the dream.

Le constat est que les réseaux sociaux représentent une énorme part du temps que nous passons sur le Web et nous emmène à imaginer que pour tailler un Internet à l’image de l’Afrique, il faudrait proposer des réseaux sociaux au contenu Africain.

En jetant un coup d’oeil rapide sur le Web made in Sénégal, on est relativement étonné du nombre de réseaux sociaux développés pour le pays de la téranga. walabook.com, Diousy.com, setsima.com…

Mais alors, pourquoi le déclic ou le buzz n’a t-il pas ( encore ? ) eu lieu ? Pourquoi “nos” réseaux ne prennent-ils pas plus d’ampleur ?

Si vous ne connaissez pas Facebook… Sortez d’ici… Le réseau social irritant de bleu est LA star de l’internet.

Les seuls pays que le géant a du mal à envahir sont à l’image du Japon ou de la Chine, des états possédant leurs propres réseaux sociaux en langues locales.

Au Japon, les chiffres sont clairs : Quand Facebook peinait à dépasser les 3 millions d’utilisateurs , les réseaux locaux tels que Mixi, Gree et Mobage comptabilisaient déjà bien plus de 20 millions d’utilisateurs chacun.

Peut être que les concepteurs de ces réseaux Africains s’étaient dit que le seul fait d’évoquer un réseau sénégalais suffirait, alors pourquoi ne pas avoir pensé à un réseau en Wolof ? En Pulhar ?

Un autre exemple est celui de MXIT, un réseau social Sud africain basé sur le mobile et les SMS.

Le réseau n’étant pas en concurrence directe avec les géants américains, il compte aujourd’hui plusieurs millions d’utilisateurs qui ont trouvé leur bonheur dans les échanges qu’ils ont sur le réseau.Le travail abattu est à saluer (surtout sur walabook.com qui mérite un détour) mais si je devais quitter Twitter et Facebook ou encore Google +, ce serait pour aller vers un réseau qui me représente MOI. Bon j’y retourne, je vais de ce pas suivre #kebetu et #Kpakpatoya sur Twitter…

(Source : Afrique ITNews, 18 juillet 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 12,4 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 2 294 036 abonnés Internet

  • 1 992 762 abonnés 2G+3G (86,09%)
  • 163 397 clés Internet (7,1%)
  • 106 733 abonnés ADSL (4,7%)
  • 31 144 abonnés RTC (1,4%)
  • 418 liaisons louées

- Taux de pénétration des services Internet : 16,91%

(ARTP, 31 décembre 2013)

- 2 269 681 utilisateurs d’Internet
- Taux de pénétration : 17,5% de la population

(UIT juin 2012)

- 3475 noms de domaine enregistrés en .sn
- 3178 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal mars 2012)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 343 718 abonnés
- 1812 lignes publiques
- Taux de pénétration : 2,53%

(ARTP, 31 décembre 2013)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 13 133 772 abonnés
- Taux de pénétration : 96,80%

(ARTP, 31 décembre 2013)

FACEBOOK

- 730 940 utilisateurs
- 5,93 % de taux de pénétration de la population totale
- 36,74% de taux de pénétration de la population en ligne
- 12ème rang africain pour le nombre d’utilisateurs
- 93ème rang mondial pour le nombre d’utilisateurs
- 18ème rang africain pour le taux de pénétration
- 157ème rang mondial pour le taux de pénétration

(Socialbakers, 27 avril 2013)