twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les raisons de l’installation à Saint-Louis de la Cellule régionale du numérique

mardi 22 janvier 2008

Philippe Vidal, responsable scientifique de la Cellule régionale du numérique (CERENUM) a justifié l’installation de cette structure à Saint-Louis par notamment les liens particuliers qui lient la ville sénégalaise à celle du Havre (France).

En effet, Le Havre dont l’université finance ce projet abrite la deuxième communauté sénégalaise la plus forte en France, avec une présence massive des ressortissants de Saint-Louis, soutient M. Vidal sur le site Internet de la CERENUM qui a présenté la semaine dernière la deuxième phase d’une enquête conduite en perspective de son installation dans la région.

Philippe Vidal, maître de conférence à l’Université de Havre, qui collabore dans ce projet avec l’université Gaston Berger de Saint-Louis, assure ’’trouver dans cette région (Ndlr, Saint-Louis) un environnement particulièrement adapté pour développer une structure comme la CERENUM’’.

Cette dernière, ajoute-t-il, doit forcément s’épanouir dans une logique de gouvernance. Il a averti cependant contre l’idée selon laquelle ’’les techniques de l’information et de la communication (TIC) vont régler tous les problèmes ou qu’elles sont un secteur indépendant des autres’’.

Pour lui, ’’il faut positionner les TIC à l’interface voire au centre des démarches de développement territorial. Il faut considérer leur apport en termes de transversalité et essayer de produire un modèle de société correspondant au territoire sur lequel on travaille.’’

Le directeur de l’Agence mondiale de solidarité numérique, Jean Pouly, a pris part jeudi dernier à un atelier de restitution de la deuxième phase des enquêtes en vue de la mise en place du projet d’installation de la Cellule régionale du numérique (CERENUM).

Cette phase a concerné les ménages, les acteurs économiques, les organisations communautaires de base. Quant à la première qui s’était déroulée du 5 décembre 2007 au 5 janvier 2008, elle avait pour cible les collectivités locales, les services techniques et partenaires au développement ainsi que les acteurs du tourisme.

(Source : APS, 22 janvier 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)