twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les petits princes de la planète Google

lundi 6 septembre 2004

Il était une fois, en Californie, deux étudiants fous d’informatique et d’algorithmes. Six ans plus tard, rescapés du krach de la nouvelle économie, ils sont trentenaires, célibataires, milliardaires et règnent sur les portes d’internet.

Tout aurait pu capoter pour une sombre histoire de chèque mal rempli. Larry Page et Sergey Brin, les deux fondateurs de Google, moteur de recherche sur internet le plus populaire au monde, s’en amusent aujourd’hui. Sur le moment, ils se seraient volontiers téléportés sur leur cyberplanète pour ne jamais revenir dans le « monde réel », comme ils disent.

Août 1998. La Californie est le nombril du monde, Palo Alto sa capitale, l’université de Stanford, la Maison-Blanche. Cuisant sous un soleil de plomb, la Silicon Valley transforme tout en or. L’internet est la nouvelle route des Indes. Un cycle vertueux de croissance va porter l’économie grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication ! Dans cette ambiance survoltée, les nouveaux hippies visionnaires du high-tech, bardés de diplômes, s’imaginent en William Hewlett. Parti de rien, il fit fortune en fondant dans son garage de Palo Alto la société Hewlett-Packard (HP). De leur côté, investisseurs et banquiers sont prêts à tout pour ne pas rater les futurs Bill Gates.

Tout a commencé dans un garage...

Pendant ce temps, Larry Page, fils d’un professeur d’informatique du Maryland, et Sergey Brin, né à Moscou, de parents russes et émigrés en 1976 à New York, finissent leur doctorat. Ils travaillent ensemble depuis 1995. Et eux aussi ont leur petite idée pour révolutionner le monde. Malheureusement, ils ne sont pas très doués pour la chasse aux business angels. Ces investisseurs prêts à parier de grosses sommes sur des entreprises en développement ne croient pas en leur projet. Larry et Sergey ont pourtant cruellement besoin de cash pour acheter du matériel et poursuivre leurs recherches.

Ils décident de tenter le tout pour le tout auprès de Andy Bechtolsheim, cofondateur de Sun Microsystems. Cet ancien étudiant de Stanford a inventé les plates-formes Sun qui ont fait sa fortune. Reconnu pour son flair, il investit dans les projets qui lui paraissent intéressants. Les deux garçons finissent par le coincer dans Palo Alto. Deux minutes pour tout expliquer. Pas facile. « Bien, le projet s’appelle Google. C’est un moteur de recherche pour internet, mais il utilise une nouvelle technologie fondée sur la recher-che algorithmique. »

Bechtolsheim s’intéresse. Les garçons persévèrent. A la différence des moteurs de recherche existants, Google sélectionne et classe les sites web et les pages qu’ils contiennent en fonction de leur pertinence. Comment Google estime-t-il la pertinence d’un site ou d’une page du web ? Tout simplement en analysant leurs taux de fréquentation. Voilà la nouveauté. Génial.

Mais les deux étudiants s’appesantissent sur l’aspect technique... Andy Bechtolsheim suit les explications d’une oreille distraite. Il est pressé. Il coupe court à la conversation. « On verra les détails plus tard ! »... Et il signe un chèque de 100 000 dollars ! Les deux étudiants n’en reviennent pas ! 100 000 dollars ! Un rêve ? Non, un cauchemar. Alors qu’Andy Bechtolsheim a déjà disparu, Larry et Sergey se rendent compte que le développeur de Sun a mis le chèque à l’ordre de Google Inc ! Or « juridiquement Google Inc n’existait pas ! », raconte Sergey Brin. Pas de société à ce nom, donc pas de possibilité de déposer l’argent pour acheter le matériel et continuer les recherches. Un drame pour ces deux passionnés ne vivant que pour leur projet. Heureusement, nous sommes en 1998. Et quand Andy Bechtols-heim investit 100 000 dollars sur votre projet, toute la Silicon Valley se prosterne à vos pieds. La simplicité pour créer une entreprise aux Etats-Unis faisant le reste, Larry Page et Sergey Brin, respectant la tradition, s’installe dans un garage de Palo Alto. Il le loue à une de leurs amies. Craig Silverstein, leur premier employé, parachuté directeur technique, les rejoint. Le 7 septembre 1998, les ordinateurs sont connectés. Google Inc devient une réalité.

Enchaînant les nuits blanches, les deux jeunes chercheurs et leur comparse perfectionnent la technologie Google. Le système de classement par pertinence suppose de balayer en permanence les milliers de sites qui se créent chaque jour sur internet. La qualité de Google commence à être connue sur les campus américains. Les deux larrons prennent de l’assurance. Ils trouvent un million de dollars dont ils investissent la quasi-intégralité dans la recherche et le développement. C’est leur passion. Et ils sont prêts à tout pour l’assouvir.

La "Googlemania" contamine le monde

Le 7 juin 1999, deux fonds d’investissement américains finissent par entrer dans le capital de Google. Ils misent 25 millions de dollars sur deux anciens thésards en jeans et basket d’à peine 25 ans ! Pendant ce temps, la nouvelle économie se grise de ses réussites. Elle dilapide des milliards en publicité, en marketing et en introductions prestigieuses en Bourse sans se douter du drame qui approche. Sergey et Larry, eux, résistent aux chants des sirènes. « Pendant que d’autres dépensaient leur énergie à séduire Wall Street et à donner des interviews, ils ont poursuivi ce qui les passionnait : leurs recherches », se souvient Omid Kordestani qui a rejoint les deux fondateurs pour commercialiser Google à travers le monde.

Avec leur passion pour seule stratégie, les jeunes patrons refusent de perdre leur temps. La gestion des affaires courantes les ennuyant profondément, ils renoncent aux fonctions de PDG. Ils placent Eric E. Schmidt à la tête de l’entreprise et poursuivent le développement de la technologie Google. « Nous savions que notre valeur ajoutée, c’est l’analyse mathématique très complexe dont dispose notre outil », explique encore Sergey Brin. Entre-temps, ils ont su convaincre les patrons de Yahoo !, autre réussite de la Silicon Valley, d’utiliser leur moteur de recherche. Yahoo ! pense faire une bonne affaire en donnant à ses utilisateurs le meilleur moteur de recherche du marché. Mais rapidement les internautes ne passent plus par Yahoo ! Ils vont directement sur la page d’accueil de Google.com, dont la simplicité devient exemplaire pour tous les sites. Le nombre de visiteurs sur le site de Google explose. La « Googlemania » contamine le monde en quelques mois. Rien ne semble pouvoir arrêter son ascension, pas même l’explosion en plein vol de la nouvelle économie.

Le 10 mars 2000, l’indice Nasdaq, où sont cotées toutes les valeurs technologiques, passe au-dessous des 5 000 points. Larry et Sergey continuent à perfectionner leur outil. En un mois, le marché s’écroule. Larry et Sergey peaufinent toujours leurs algorithmes. Les actions des entreprises high-tech perdent jusqu’à 80% de leur valeur. Google gagne des parts de marché (40% aux Etats-Unis). Des milliers de sociétés mettent la clé sous la porte. Google explore l’internet dans quinze langues différentes et se vend à des dizaines de portails à travers le monde. La planète enterre la nouvelle économie à l’exception de quelques rares survivants. Google devient rentable. Il gagne même beaucoup d’argent : 250 millions de bénéfices estimés pour 2004.

Géant parmi les grands, il emploie aujourd’hui 2 300 salariés installés dans le Googleplex, sorte de petite cité néo-hippie comme seules savent en imaginer les entreprises californiennes. Google est utilisé par 65 millions de personnes à travers le monde. Ses concurrents s’appellent Microsoft, et Yahoo ! Le verbe « googler » - rechercher un nom sur internet - déjà courant aux Etats-Unis, s’impose de la Chine à l’Europe. Larry Page et Sergey Brin sont tout juste trentenaires et célibataires. Depuis l’introduction en Bourse de leur société, leur fortune personnelle est estimée à 3 milliards de dollars.

Lu dans le Figaro Magazine

(Source : Sud Quotidien 6 septembre 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)