twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les pays de la sous-région africaine invités à harmoniser les règles de régulation des médias

lundi 9 janvier 2012

La présidente du Conseil supérieur de la communication du Burkina Faso (CSC) Béatrice Damiba a proposé lundi à Dakar d’harmoniser les règles de régulation des médias dans les pays de la sous-région ouest-africaine.

‘’Nous faisons face aux mêmes problèmes en période électorale. Pourquoi ne pas arriver à convaincre nos partenaires au Burkina et harmoniser nos pratiques dans la sous-région ?’’, a dit Mme Damiba, qui effectue une visite de travail au Sénégal.

Elle a signé avec le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) du Sénégal un protocole de coopération.

Au Sénégal, pendant les 30 jours précédant l’ouverture officielle de la campagne électorale, est ‘’interdite toute propagande déguisée ayant pour support les médias nationaux publics et privés’’.

‘’Sont considérés [...] comme actes de propagande électorale déguisée toute manifestation ou déclaration publique de soutien à un candidat ou à un parti politique ou coalition de partis politique faites directement ou indirectement, par toute personne, quelque qu’en soit la qualité, nature ou caractère’’, indique le Code électoral sénégalais.

‘’Sont assimilées à des propagandes ou campagnes déguisées les visites et tournées à caractère économique, social ou autrement qualifiées [et] effectuées par toute autorité de l’Etat sur le territoire national et qui donnent lieu à de telles manifestations ou déclarations’’, stipule le même code.

Cette restriction imposée aux médias sénégalais pendant la période appelée précampagne - 30 jours avant le démarrage de chaque campagne électorale - est inconnue au Burkina Faso, a signalé la présidente du CSC. ‘’Au Burkina, on ne connaît pas la +précampagne+’’, a-t-elle affirmé.

‘’On n’a pas réussi à convaincre nos partenaires à faire le pas chez nous’’, a-t-elle ajouté, soulignant que de nombreux pays ont les mêmes ‘’difficultés’’ en période électorale, en matière de régulation des médias.

Les difficultés sont aussi les mêmes dans certains pays de la sous-région ouest-africaine qui, de l’avis de Béatrice Damiba, ont intérêt à ‘’harmoniser [leurs] pratiques’’ en matière de régulation des médias.

(Source : APS, 9 janvier 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)