twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les pays d’Afrique australe veulent s’accorder sur un développement numérique commun

lundi 26 avril 2021

Le niveau de préparation numérique contrasté des pays d’Afrique australe met en danger le développement futur de la sous-région. Alors que la quatrième révolution industrielle s’accélère, il devient urgent d’adopter une stratégie qui ne laissera personne derrière.

Du 27 au 29 avril, les pays d’Afrique australe se concerteront sur un développement numérique commun. Ils échangeront virtuellement, à cet effet, dans le cadre de la 41e conférence annuelle de l’Association des télécommunications d’Afrique australe (SATA) qui a pour thème « Connectivité TIC et prestation de services pour le bénéfice de tous : transformer notre société grâce aux développements du haut débit et des TIC ».

Durant cette rencontre de haut niveau de l’organe de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) en charge de la coordination du développement TIC sous-régional, quelque 200 participants d’Angola, d’Afrique du Sud, du Botswana, de Namibie, de Zambie, du Zimbabwe, de RDC, d’Eswatini, du Mozambique, de Tanzanie, du Malawi, de Maurice « partageront leur expérience sur un large éventail de sujets, notamment la technologie et l’infrastructure, la politique et la stratégie pour l’avenir de l’industrie des télécommunications », indique la SATA.

Les pays d’Afrique australe affichent actuellement une préparation contrastée pour la quatrième révolution industrielle. Si certains comme Maurice, l’Afrique du Sud, le Botswana ou encore la Namibie ont réussi à acquérir un niveau de développement numérique appréciable, selon le Digital Readiness Index de Cisco, d’autres par contre, à l’instar du Malawi ou du Lesotho, sont très en retard et mettent en danger la synergie des futurs échanges économiques et commerciaux dans la sous-région.

Au terme des prochaines concertations, les pays membres de la SATA auront défini les orientations stratégiques indispensables au développement de la connectivité et des services numériques dans la sous-région. Waziri Kindamba, le directeur général de la Tanzania Telecommunications Corporation Limited (TTCL), l’opérateur historique de Tanzanie, prendra également officiellement les rênes de la SATA. Il remplacera Sherry Singh, le président-directeur général de Mauritius Telecom.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 26 avril 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)