twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les entreprises sénégalaises en retard dans le domaine du commerce électronique

jeudi 1er avril 2010

Avec 11% des achats qui se font en ligne et 3,1% de ventes, les entreprises sénégalaises sont en retard dans le domaine du commerce électronique a révélé étude de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) sur les technologies de l’information et de la communication. Selon cette étude, peu d’entreprises disposent d’un site Internet.

Au niveau de l’équipement en TIC, il est noté une bonne dotation en ordinateurs des entreprises (92,6%) et des structures de l’Administration (98%) avec un parc relativement neuf et l’utilisation des logiciels antivirus comme principal mesure de sécurité informatique. Cependant, les serveurs et les réseaux locaux ne sont pas très présents dans les différentes structures.

En terme d’accès à Internet, la quasi-totalité des entreprises (90%) et des structures de l’Administration (93%), ayant un ordinateur, sont connectés avec le haut débit fixe qui est le type d’accès le plus fréquent. Le courrier électronique s’est révélé être le premier service utilisé. L’accès à Internet via l’intranet gouvernemental est faible dans l’Administration (13%).

Toutefois, la proportion d’utilisateurs réguliers d’Internet est faible dans les entreprises (20% des employés permanents) ainsi que le pourcentage d’employés disposant d’une adresse e-mail professionnelle (12%). Ce taux est respectivement de 30% et 17,5% dans l’Administration.

Concernant l’usage d’Internet, peu d’entreprises (28%) et un peu moins de la moitié des structures de l’Administration (43%) disposent d’un site Internet et les informations contenues dans les sites web ont trait notamment au catalogue de publications ou de produits et aux informations pour les partenaires. La gestion des sites est faite essentiellement en interne dans l’Administration et sous forme de sous-traitance dans les entreprises.

Le développement de l’intranet et de l’extranet comme moyen de communication est encore limité dans les différentes structures. Les principaux usages de l’intranet sont relatifs à la gestion administrative, à l’échange de documents et ceux de l’extranet concernant plutôt la communication avec les partenaires commerciaux, les banques et relations avec les structures publiques. Pour le nom de domaine propre, la plupart des structures ayant un site web en dispose.

Les entreprises sont en retard dans le domaine du commerce électronique avec 11% des achats faites en ligne et 3,1% de vente en ligne. La proportion des achats faits via Internet par rapport au montant global des achats en 2008 est inférieur à 1%.

En plus des problèmes liés aux TIC, le coût des communications téléphoniques, des logiciels et du matériel informatique, la qualité de la connexion Internet sont considérés comme étant les principaux blocages de l’accès à Internet avec un taux de réponses positives de 67,4%, 67,1%, 58,3% et 55,1% des entrepreneurs. Dans l’Administration, les principaux problèmes soulevés sont relatifs à la sécurité informatique (66%), à l’absence de formation en TIC (66%), à la cherté des logiciels (62%) et du matériel informatique (61%).

Cette enquête, conduite par l’ARTP en partenariat avec l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), vise à alimenter les bases de données nationales et internationales, à travers une connaissance précise et chiffrée de l’état de l’évolution de la société de l’information au Sénégal.

La base de sondage est constituée des entreprises du secteur moderne répertoriées au Centre Unique de Collecte d’informations (CUCI) et au Répertoire National des Entreprises et Associations (RNEA). Neuf secteurs d’activités ont été retenus dans l’analyse des résultats : les TIC, l’industrie, les BTP, le commerce hors TIC, les autres services, l’hôtellerie, le transport, l’éducation, la santé.

Pour la partie « Administration », quatre groupes homogènes ont été identifiés à partir des fichiers du ministère de l’Intérieur : l’administration publique centrale, les collectivités territoriales, l’administration territoriale, les chambres consulaires.

Mountaga Cissé

(Source : ITMag, 1er avril 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)