twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les engagements de Brahima Sanou, candidat au poste de Vice-secrétaire général de l’UIT

jeudi 7 décembre 2017

Candidat au poste de Vice-secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT), le Burkinabè Brahima Sanou a partagé sa vision et ses engagements avec les ambassadeurs africains au cours d’une rencontre tenue le 1er décembre à Genève.

Directeur du Bureau des télécommunications (BDT) de l’UIT depuis janvier 2011, donc bien aux faîtes des problématiques inhérentes au développement de la société de l’information, Brahima Sanou s’engage à promouvoir, entre l’UIT et ses membres, une relation basée sur la transparence, la concertation permanente, l’utilisation efficiente des ressources et l’obligation de résultats.

S’appuyant sur plus de trente années d’expérience dans le secteur des TIC au niveau régional et international, M. Sanou met un accent particulier sur le renforcement de l’esprit d’équipe, en travaillant en étroite collaboration avec le Secrétaire général et les trois Directeurs pour une gestion efficace du secrétariat de l’UIT, y compris la motivation du personnel, et la fourniture à temps de résultats concrets aux membres de l’UIT.

Brahima Sanou, le candidat du Burkina Faso mais surtout de l’Union africaine, entend, en outre, promouvoir : l’innovation afin de renforcer la position de l’UIT comme un acteur clef et un facilitateur du changement rapide de l’environnement des télécommunications/TIC ; un partenariat valorisant les avantages comparatifs de l’UIT pour une coopération efficiente avec les organisations régionales et internationales des télécommunications, le secteur privé, la communauté Internet et les autres acteurs de l’écosystème des TIC afin de créer une complémentarité parfaite et une synergie constructive ; et une approche collaborative avec les autres agences onusiennes afin de promouvoir l’utilisation des TIC pour l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD) dans l’agriculture, la santé, l’éducation, le genre, le commerce, les infrastructures, l’environnement et les changements climatiques.

Distinction et détermination

Le 4 novembre 2017, Brahima Sanou a reçu le prestigieux « Award de la Personnalité africaine de l’année » en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle au développement. Les Awards du leadership africain (African Leadership Awards) récompensent et célèbrent les décideurs africains qui se sont distingués sur le continent et à l’étranger et qui représentent une source de fierté pour l’Afrique.

Plus qu’une distinction, ce prix donne sens à la détermination de M. Brahima Sanou, dont la candidature a été endossée par les 54 Etats membres de l’Union africaine. Au cours de sa rencontre avec les ambassadeurs africains, il a insisté sur la nécessité de placer l’homme au centre du développement de la société de l’information. Et cela dans un contexte où, dit-il, « nous devons revisiter notre rapport à la technologie avec l’émergence des megadonnées, où vos données personnelles sont devenues des marchandises, de l’internet des objets où tous les objets seront connectés et l’intelligence artificielle qui prendra des décisions qui jusqu’à présent étaient prises par les hommes ».

Eliminer la fracture numérique

Dans la perspective d’un développement harmonieux des TIC, Brahima Sanou à l’ambition de promouvoir des infrastructures réseaux en large bande fiables et sécurisées, particulièrement dans les pays en développement. Ce qui permettra, selon lui, de donner aux enfants nés dans les pays en développement les mêmes chances et les mêmes opportunités dans la vie que les enfants nés dans les pays développés, et contribuer ainsi à la paix dans le monde.

Biographie

M. Sanou est titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’ENST de Paris et d’un diplôme d’études supérieures du Centre d’études financières, économiques et bancaires. Il a débuté sa carrière professionnelle dans son pays natal, le Burkina Faso, où il a occupé plusieurs postes de haut niveau dans les services des postes et télécommunications, et a contribué à la séparation des services et à la libéralisation du secteur national des télécommunications. En tant que chef du Bureau régional de l’UIT pour l’Afrique et chargé de liaison auprès de l’Union africaine et de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) de 2000 à 2010, il a œuvré pour promouvoir la croissance des télécommunications mobiles à travers le continent. Coordinateur du projet régional africain sur la réforme des télécommunications et de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS) de 1997 à 2000, il a attiré l’attention sur la nécessité de développer les ressources humaines et de renforcer les capacités en Afrique.

Anselme Akéko

(Source : CIO Mag, 7 décembre 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)