twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les dessous d’un scandale entre Global Voice, Sonatel et l’Etat du Sénégal

mardi 13 juillet 2010

C’est plus qu’un scandale cette affaire qui oppose Global Voice, la Sonatel et l’Etat du Sénégal. Les travailleurs de la Sonatel s’activent contre la décision de l’Etat du Sénégal d’augmenter la tarification des appels entrants au Sénégal. La France Télécom, la Sonatel, les Syndicalistes et les membres du Conseil d’administration savent de manière précise les tenants et les aboutissants de ce dossier. Seulement, la majeure partie des agents de la Sonatel engagés dans cette bataille et les sénégalais ignorent ce qui s’est réellement passé. Dans cette affaire la Sonatel et la France Télécom sont les principales fautives. Les organisateurs des consommateurs sont également pris de court. Ils ont failli à leur mission dans leur combat pour la sauvegarde des intérêts des consommateurs.

Le 28 août 2009, une lettre n°126/SNT/DG/DR/DRG dont l’objet est la « notification de changement de tarifs pour le trafic entrant international » a été écrite par Jean Bardet Directeur Général adjoint de la Sonatel. Cette correspondance qui date de l’année dernière montre que depuis 2009, les clients de la Sonatel paient leurs communications internationales plus cher. Dans sa lettre envoyée aux Autorités et aux autres opérateurs, le Directeur Général adjoint Jean Bardet écrit : « Faisant suite à l’augmentation récente des quotes-parts et taxe de terminaison fixées par les opérateurs tiers en cas d’acheminement du trafic sur leurs réseaux, Sonatel a relevé ses tarifs de terminaison pour compter du 01 septembre 2009 ». Donc la Sonatel a considérablement accru ses tarifs sans que personne n’en parle. Toutes les communications internationales sont devenues très élevées depuis septembre 2009. Les clients n’ont fait que subir cette injustice que leur fait subir la Sonatel. Ni Cheikh Tidiane Mbaye ni France Télécom encore moins les Syndicalistes n’ont pensé aux conséquences sur leurs fidèles clients qui souffrent de ces augmentations. Toujours dans sa lettre, le Directeur Général adjoint de la Sonatel ajoute « ainsi, les nouveaux prix de terminaison du trafic international acheminé sur les réseaux de Sonatel sont fixés comme suit pour compter du 01 septembre 2009 : Terminaison sur le réseau mobile 92 FCfa HT, terminaison sur le réseau fixe 65 FCfa HT ». « En conséquence, je vous notifie ces nouveaux tarifs de terminaison conformément au paragraphe 2.3 de la convention d’interconnexion Sonatel-Expresso-Sénégal » écrit le français de la Sonatel Jean Bardet. Les travailleurs de la Sonatel se sont emmurés dans un silence complice laissant la France Télécom et ses complices sénégalais procéder de la sorte au détriment des consommateurs.

LA SONATEL ET France TELECOM SE SUCRENT SUR LES TARIFS INTERNATIONAUX

L’Etat et ses techniciens ont fait une expertise sur les coûts des tarifs internationaux. Dans cette affaire, nous sommes allés aux sources pour savoir exactement les dessous de ce dossier. Mais tout est question de manipulation de tarif sur le plan international. Aujourd’hui, tout appel entrant de la France à Dakar par exemple est facturé à ,056 euro/mn. Sonatel recevrait 0,14 euro/mn de France Télécom. Face à cette situation, les français se retrouvent avec un bénéfice de 300%. Les dividendes sont gérés entre France Télécom et la Sonatel. Maintenant, l’Etat du Sénégal a décidé de réguler la tarification internationale en la portant à 0,21 euro/mn. Cette baisse réduit la marge bénéficiaire de la France Télécom jusqu’à la hauteur de 160% au lieu de 300%. Mais, à y voir de plus prêt, on peut dire que les 160% sont toujours élevés. La Sonatel n’est pas seule dans ce cas de figure. Belgacom effectue également la même facturation avec ses 1,5 euro/mn. Ce qui fait une marge bénéficiaire de 971% que l’Etat a réduit jusqu’à 598% un taux qui demeure élevé. L’Etat du Sénégal a, à cet effet, fixé une nouvelle tarification qui permet au Trésor public sénégalais de gagner sur le trafic international prés de 2 à 3 milliards FCfa par mois en fonction des minutes d’appels mensuels. Cette manne financière que gagnera l’Etat sur ces nouvelles tarifications servira au développement de projets sociaux. Les autorités de l’Etat ont compris que les opérateurs gagnent plusieurs milliards de Fca sur le dos des consommateurs et des pays d’accueil. Pire encore, les fonds engrangés dans ces opérations sont logés à la Banque de Crédit Lyonnais de Monaco. Selon une source officielle, la Sonatel gagne prés de 6 millions d’euro par mois depuis l’augmentation des tarifs internationaux en septembre 2009.

LA VERITE SUR GLOBAL VOICE

Contrairement à ce qui a été dit. Global Voice n’appartient pas à un Sénégal. C’est une société américaine dont le Vice président est de nationalité sénégalaise. Grâce au système Bild Operate Transfert (BOT), l’Etat a obtenu un matériel technique fourni par Global Voice. Ce matériel sera entièrement sénégalais d’ici 5 ans. Sur le plan technique, ce sont des techniciens de l’ARTP qui s’occupent de l’utilisation de matériel. Avec Global Voice, l’Etat du Sénégal détient maintenant les moyens techniques pour contrôler la tarification des appels internationaux. Ces outils permettent d’éviter toute fraude sur les appels. L’Etat du Sénégal a maintenant les moyens de vérifier les déclarations faites par les opérateurs. Et il y a des risques de redressement fiscal si des irrégularités sont découvertes dans les communications avec l’expertise de Global Voice.

LA SONATEL ET France TELECOM PIRES QUE LE SENELEC

Cette augmentation a été notifiée aux autorités par Jean Bardet Directeur Général de la Sonatel sans que personne ne s’en offusque. On se demande où était le Sénégalais Cheikh Tidiane Mbaye lorsque cette décision a été prise. Conséquence, le Chef de l’Etat, saisissant les opportunités financières qu’offre le trafic international, décide de publier le décret 2010-632 du 28 mai 2010 instituant une nouvelle tarification du trafic entrant au Sénégal et la lutte contre la fraude. Ce décret a installé la peur chez les opérateurs. Cette peur est pourtant injustifiée. Car ces décisions prises par l’Etat sur les tarifications concernent aussi bien la Sonatel, Expresso et Tigo. Pourquoi les travailleurs de la Sonatel se comportent donc ainsi. Rappelons que le décret entrera e vigueur dés le 01 août prochain.

(Source : Bitimrew, 13 juillet 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)