twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les banques centrafricaines se méfient de l’arrivée du bitcoin

vendredi 6 mai 2022

Elles dénoncent les risques d’une monnaie qui n’est soumise à aucun contrôle d’une banque centrale ou d’une autorité monétaire.

L’entrée du bitcoin dans le circuit fiduciaire en Centrafrique créé une certaine frilosité au sein des banques. La Comusaf a aussitôt alerté sur les risques de l’introduction de cette crypto-monnaie dans l’espace Cemac. La Banque des Etats de l’Afrique Centrale a mis en place un comité dont les conclusions sont toujours attendus.

Didace Sabone, économiste financier et ancien directeur adjoint de la banque panafricaine Ecobank, estime que le Bitcoin présente des risques.

Dans une interview à la DW, il estime que "la frilosité des banques est légitime et elle s’explique par le fait que la crypto-monnaie n’est soumise à aucune banque centrale ni autorité monétaire. C’est pourquoi les banques sont méfiantes et, d’une manière générale, dans la sous-région, elles sont en train de se constituer en lobby pour s’opposer à ce type de monnaie."

Didace Sabone met aussi en garde contre des dérives de plus grande ampleur liées au bitcoin : "Un pays aussi fragile et vulnérable que la Centrafrique, à travers la crypto-monnaie, peut s’ouvrir au blanchiment d’argent aux fraudes et beaucoup autres choses qu’on ne peut pas maitriser".

Le bitcoin reste une énigme pour beaucoup

Pour d’autres comme Abel Yanguel, le Bitcoin est une opportunité pour spéculer. L’économiste et chef d’entreprise assure que "si les banques ne sont pas d’accord avec l’utilisation de la crypto-monnaie, c’est parce qu’elle signe leur perte. Leur problème, c’est l’avantage que nous consommateurs allons en tirer. Imaginez si dans notre pays, il y a des gens qui utilisent le bitcoin, parce que non seulement il résout le problème du marché, facilite les transactions mais aussi le bitcoin peut rendre riche."

La crypto-monnaie reste toutefois une énigme pour de nombreux habitants. "Mon esprit refuse de comprendre la crypto-monnaie et j’aime comprendre avant de m’engager mais c’est trop risqué", raconte Nina.

Le débat sur la crypto-monnaie survient alors que les institutions de Bretton Woods rechignent à accorder de l’aide à la RCA qui est en train de revoir ses alliances diplomatiques, politiques... et économiques.

Jean-Fernand Koena

(Source : Deutsche Welle, 6 mai 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik