twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les Ntic, une aubaine pour l’emploi

lundi 19 mars 2001

Les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) jouent un rôle non négligeable dans la création d’emplois car on note, avec l’étude de la grappe économie Ntic, la création d’emplois de l’ordre de 38%, offre et demande de Ntic réunies. Le nombre d’emplois créés par chaque entreprise varie pour la plupart entre 2 et 5. Elles sont 39% dans cette fourchette. Seules 3% des entreprises interrogées en ont créé 50 et plus.

Ce sont les administrateurs de réseaux qui sont les plus recherchés. Ils forment 21% des types d’emplois créés. Ils sont suivis des maintenanciers (16%) et des programmeurs (16%). Le recrutement de personnel est plus difficile dans le groupe des offreurs de Ntic que dans celui des demandeurs. 59% des offreurs affirment qu’ils recrutent difficilement du personnel tandis que 66% des demandeurs soutiennent qu’il leur est facile de recruter du personnel.

Côté salaire, les uns et les autres ont tendance à aligner les cadres dans les Ntic au même niveau que les autres cadres de l’entreprise. Chez les offreurs, 43% disent que les niveaux de salaire sont les mêmes dans les deux catégories de cadres tandis qu’ils sont 66% à le dire du côté des demandeurs.

Le personnel des Ntic est assez stable, plus chez les demandeurs de Ntic que chez les offreurs. Seules 19% des entreprises interrogées le jugent mobile du côté demandeurs. De l’autre, elles sont 45% à le soutenir.

Offreurs comme demandeurs souhaitent renforcer leurs cadres, par ordre d’importance, dans les domaines de l’administration réseaux, des technologies Internet, de l’administration de base de données, de la maintenance et de la sécurité, entre autres.

Concernant les cadres moyens et les techniciens supérieurs, les domaines dans lesquels les uns et les autres souhaitent les renforcer sont : la programmation, les réseaux, la maintenance, les bases de données, les webmasters et les technico-commerciaux.

Un certain nombre de recommandations ont été faites pour dynamiser et rendre compétitif le marché du travail dans le domaine des Ntic. Il s’agit, entre autres, d’accroître les structures de formation en Ntic, de baisser les coûts aussi bien de formation que d’accès à Internet, de généraliser les formations en Ntic et de les introduire à l’école.

Dans le secteur éducatif, l’étude fait ressortir une certaine inadéquation entre l’offre de formation en Ntic et la demande. "Cette situation est du reste bien perçue par les acteurs du domaine". Ils notent que "les solutions demeurent complexes et nécessitent la mobilisation de moyens substantiels et une implication de l’ensemble des acteurs (Etats, secteur privé, université)".

De nombreuses lacunes sont notées dans chacun des trois domaines qui composent les Ntic, à savoir l’informatique, les télécommunications et le multimédia. Un certain nombre de thématiques généralement pas suffisamment prises en compte sont listées dans chaque secteur. En informatique, les lacunes dans le hardware (équipement lourd) se situent au niveau de la micro-électronique, de la maintenance et de l’assemblage. La liste des lacunes en informatique est plus longue dans le software (logiciels d’application). On y retrouve, entre autres, l’administration de bases de données, celle des systèmes Unix, les nouvelles technologies du Web et la sécurité informatique. Dans les télécommunications, des lacunes sont notées dans les réseaux sans fil, les réseaux larges bandes, la commutation et le routage, les systèmes satellitaires, etc. En multimédia, il faut s’orienter vers les technologies du son, le graphisme et le traitement d’images ainsi que la réalité virtuelle.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)