twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les Etats-Unis suppriment le principe de neutralité du Net, l’Afrique directement menacée

samedi 16 décembre 2017

La Commission fédérale des communications des Etats-Unis a annoncé le 14 décembre 2017 à l’issue d’un vote (3 voix pour et 2 contre) la fin dans le pays du principe de neutralité du Net. Une éventualité longtemps redoutée par les défenseurs de ce principe fondamental d’Internet qui est finalement arrivée, mettant ainsi un terme aux Etats-Unis à la garantie d’un traitement égal des flux de données par les opérateurs.

Concrètement, le principe de la neutralité du Net exigeait que tous les contenus mis en ligne sur le réseau soient traités de la même manière, sans discrimination. Les opérateurs n’avaient pas le droit de faire payer aux consommateurs davantage de frais pour un accès plus rapide à des plateformes titre d’exemple, il était interdit à des fournisseurs d’accès Internet de transporter les flux vidéo provenant d’un service donné plus rapidement que ceux d’un autre, ou encore de bloquer l’accès à certains sites ou à un certain type de contenus.

Avec l’abolition de cette disposition, les internautes américains pourraient se voir proposer des accès Internet différents, en termes de coûts et de vitesse, mais aussi en termes de contenu. Ce qui enduit d’une manière plus ou moins directe une restriction de la liberté d’expression, ou encore de la liberté d’information.

L’Europe préservée, l’Afrique menacée

S’il est certain que cette mesure aura une incidence directe sur les internautes américains, elle n’affectera pas pour autant l’Europe. En effet, le vieux continent a inscrit depuis 2016 le principe de neutralité du Net dans le droit communautaire. Tout au plus, la décision américaine pourrait alimenter le discours des opérateurs en faveur de la suppression de cette disposition.

Par contre, en Afrique, les conséquences pourraient être bien plus présentes, vu que le cadre législatif n’est pas assez évolué. Du coup, il n’est pas exclu que les opérateurs télécoms optent également pour un Internet à « double vitesse ».

Aussi, de nombreux pays africains pourraient évoquer l’exemple des Etats-Unis pour bloquer l’accès à certains sites web “en temps de crise”. Plusieurs pays africains on en effet pris l’habitude de restreindre ou de supprimer l’accès à l’Internet pendant les périodes post-électorales ou lors des tensions entre le gouvernement et les populations. Probablement, l’exemple des Etats-Unis leur donnera un argument de taille.

Jephté Tchemedie

(Source : TIC Mag, 16 décembre 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)