twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les États-Unis face à un choix décisif pour l’économie mondiale

lundi 18 mai 2020

Alors que le monde est touché de manière globale par la pandémie de covid-19, les déclarations successives des autorités américaines pour modifier les règles du commerce international risquent de perturber durablement un monde se rapprochant déjà dangereusement des abîmes.

Les États-Unis ont en effet exprimé leur volonté d’imposer aux entreprises qui utilisent des équipements américains de fabrication de puces électroniques de se plier à leur liste noire, en modifiant la règle sur les produits étrangers directs. Cette règle soumettrait à la réglementation américaine certains produits fabriqués à l’étranger mais basés sur la technologie ou les logiciels américains. C’est le cas des produits fabriqués par le fondeur Taïwanais TSMC, qui fabrique des composants électroniques pour HiSilicon, une filiale de Huawei. Comme de nombreuses autres entreprises, cette règle viendrait donc impacter directement le groupe Huawei, en prenant contrôle des composants de ses smartphones et de son équipement téléphonique. Alors que Huawei est l’un des principaux fournisseurs mondiaux d’infrastructures et d’appareils intelligents dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, cette politique américaine aurait des conséquences désastreuses sur tout le secteur des TIC. Dans cette logique, et afin de prendre notre indépendance par rapport à la production de TMSC, Huawei a déjà commencé à orienter une partie de sa production vers le plus grand fondeur chinois, le groupe SMIC (Semiconductor Manufacturing International Corporation).

Si l’administration américaine impose des restrictions arbitraires à l’utilisation d’équipements déjà vendus, elle portera gravement atteinte aux principes fondamentaux du commerce international. Cela finira par éroder la confiance dans la chaîne d’approvisionnement mondiale, annulant du jour au lendemain les normes et réglementations établies. Au-delà de cette guerre commerciale voulue par le Président Trump, c’est toute l’industrie des semi-conducteurs qui serait confrontée à une énorme incertitude si de nouvelles restrictions apparaissaient entre l’Amérique et la Chine. À la sortie de la crise actuelle, l’économie mondiale aura un besoin urgent d’une chaîne de valeur mondiale ouverte, collaborative et stable. En envisageant cette décision, à un moment aussi critique de notre histoire commune, les États-Unis nuisent à la confiance de l’industrie et entravent sérieusement la reprise de l’économie mondiale. Huawei deviendrait alors une nouvelle fois une victime collatérale des relations actuellement difficiles entre les États-Unis et la Chine. Pourtant, faut-il le rappeler inlassablement, Huawei est une société privée entièrement détenue par ses employés, et sa création comme sa dynamique de croissance ne sont en aucun cas liés à un pouvoir étatique.

Cette décision serait également contre-productive pour les entreprises américaines, ce qui explique sans doute que le décret présidentiel entérinant la décision n’ait toujours pas été signé. Dans une étude publiée en mars 2020, intitulée « How Restricting Trade with China Could End US Semiconductor Leadership », le Boston Consulting Group a analysé les impacts d’un découplage USA - Chine sur l’industrie des semi-conducteurs. Le rapport considère qu’à moyen et long terme, la part mondiale des entreprises américaines de semi-conducteurs passerait de 48% à environ 30% et les États-Unis perdraient leur position de leader mondial dans ce secteur.

Pire encore, cette règle aurait pour conséquence indirecte de priver nos économies largement touchées par la crise du covid-19 des opportunités créées par les Technologies de l’Information et de la Communication pour aider le monde à se remettre de la récession économique. Nous pouvons déjà le constater, les TIC sont un puissant vecteur de transformation dans les secteurs de la santé, de l’éducation, et pour le télétravail. Elles seront un élément essentiel du développement économique des prochaines années et une opportunité unique de sortir par le haut de cette crise sanitaire et économique inédite. Huawei souhaite ainsi réitérer sa volonté de coopérer de manière ouverte et engagée avec les acteurs majeurs du secteur des TIC, afin de développer les technologies de demain. La sortie par le haut de la crise économique imposée par le covid-19 ne pourra se faire que par une coopération accrue de notre secteur d’activité. L’administration américaine doit dès lors se poser la question suivante : souhaite-t-elle priver l’économie mondiale de telles opportunités ?

Philippe Wang, Vice-Président Exécutif de la région Afrique du Nord – Huawei

(Source : Huawei, 18 mai 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)