twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le système financier africain "un peu en retard" par rapport aux mutations technologiques

samedi 30 novembre 2019

Le système financier africain accuse "un peu" de retard par rapport aux mutations technologiques qui sont en train de s’opérer" dans l’environnement économique mondial, a affirmé, samedi à Dakar, le directeur général de l’Institut supérieur de finance, Papa Diallo.

"Je pense que nous sommes un peu en retard quand même par rapport aux mutations technologiques qui sont en train de s’opérer dans l’environnement (économique) mondial, parce que toujours on en subit les contrecoups", a-t-il expliqué à Dakar, en marge d’une conférence sur le thème : "Mutations des Banques centrales : analyses et perspectives".

Il a affirmé que c’est l’esprit qui sous-tend l’initiative tendant à "susciter la réflexion pour qu’on puisse jouer un rôle dynamique dans ce travail".

"On ne peut pas continuer à subir ces mutations (technologiques). Il faut les anticiper, mettre en place des stratégies pour prendre en charge ces mutations dans le domaine économique et financier", a-t-il estimé.

Vu que la technologie a toujours accompagné la finance, "il faut donc que les banques puissent intégrer ces évolutions technologiques", a-t-il fait remarquer.

Il a en outre indiqué que les banques centrales qui chapeautent le système bancaire "doivent s’adapter par rapport aux nouvelles mutations technologiques et mettre en place de nouveaux mécanismes de contrôle".

"Si les banques centrales n’arrivent pas à s’adapter aux nouvelles mutations technologiques, ça pose un problème parce qu’on ne peut pas arrêter les innovations. Ça veut dire que demain, on peut se retrouver avec des banques [qui n’en sont pas]", a-t-il averti.

"Ça veut dire qu’il y aura des acteurs qui interviennent dans le système bancaire et qui ne sont pas des banquiers et donc pas soumis à la règlementation bancaire", a-t-il précisé.

Selon lui, cela reviendrait à dire qu"’il y aura une partie de la fonction de la Banque centrale qui échappe, [... ] dans le cadre de la politique monétaire ou bien de la création de monnaie". Le risque est d’après lui de voir des monnaies "circuler sans être contrôlées, sans être intégrées dans la comptabilité de la masse monétaire qui est véhiculée au niveau de l’économie nationale".

L’Institut supérieur de finance est un établissement d’enseignement, créé dans le but de contribuer à apporter des réponses aux défis face aux changements profonds de l’environnement économique et financier dans le contexte d’une économie mondialisée.

(Source : APS, 30 novembre 2019)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)