twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le projet modificant le Code des télécommunicationsadopté par les députés

mardi 10 janvier 2017

L’Assemblée nationale a adopté mardi un projet de loi portant modification du Code des télécommunications, a constaté l’APS.

Le nouveau texte permet au secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) d’être en conformité avec le droit communautaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), a indiqué le porte-parole de la Commission "Culture et communication" de l’Assemblée nationale, Cheikh Omar Sy.

Il en sera aussi de même pour le droit communautaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a-t-il encore affirmé.

Citant le ministre des Télécommunications, Yaya Abdoul Kane, le rapporteur a souligné que cette loi introduit le régime d’autorisation d’opérateur d’infrastructures, pour renforcer l’accessibilité à l’infrastructure des télécommunications et la baisse des coûts.

Pour M. Kane, le projet de loi se propose de soumettre l’activité des fournisseurs d’accès à internet au régime de l’’autorisation, afin d’accroître l’accessibilité et l’usage des services internet haut débit. Il se propose également de promouvoir l’essor d’une économie numérique compétitive et inclusive.

Plusieurs innovations ont été apportées par le présent projet loi, notamment l’assouplissement des conditions de fourniture d’accès à internet dans le sens de la soumission de cette activité à un régime d’autorisation général.

Il y a également la facilitation de l’entrée des fournisseurs d’accès à internet sur le marché des télécommunications.

L’autre innovation porte sur l’accroissement du niveau de concurrence et d’investissement privé sur le marché du haut débit, ainsi que la démocratisation de l’usage de l’internet.

Les députés ont toutefois exprimé des inquiétudes sur des problèmes liés à l’accès à internet et la couverture des réseaux dans certaines zones périphériques, comme Bakel, Tamba et Kédougou.

Ils ont également soulevé des questions liées à l’espionnage, à la gestion des données confidentielles du pays et des populations ainsi qu’à l’apport de l’économie numérique à travers le mobile banking.

’’C’est important pour l’Etat de pouvoir sécuriser ses données’’, a rappelé Cheikh Omar Sy. Il a ajouté que le Sénégal perdait des milliards dans les opérations de mobile banking. Pour cette raison, il a préconisé une fiscalité dans le domaine du numérique, "en vue de contrôler cette manne financière importante pour le pays".

Les députés ont également formulé un plaidoyer en faveur des collectivités locales relativement au manque à gagner subi avec l’implantation d’opérateurs du mobile sur leur territoire.

S’agissant des collectivités locales, le député Cheikh Seck a proposé un audit territorial des réseaux pour résoudre le problème de maillage et la mise en place d’une taxe susceptible d’aider les collectivités et le pays en général.

(Source : APS, 10 janvier 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)