twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le président de la République se réjouit de l’accord trouvé sur le principe de la solidarité numérique

jeudi 11 décembre 2003

Le Chef de l’Etat sénégalais. Me Abdoulaye Wade s’est réjoui jeudi à Genève de l’accord total trouvé sur le principe de la solidarité numérique dont le Sommet qui se tient dans la capitale suisse s’est proposé de conduire les études permettant la mise en œuvre du Fonds y afférant. ’’Je suis heureux, s’agissant du numérique, de constater que l’accord est total sur le principe de la solidarité numérique et que le Sommet s’est proposé de conduire les études permettant la mise en œuvre du Fonds’’, a déclaré devant l’assistance réunie au sommet mondial sur la société de l’information, le président sénégalais. Le président Wade a remercié vivement le groupe arabe, l’Amérique Latine, l’Organisation de la Conférence Islamique, la Chine, le Vietnam, l’Inde mais aussi les pays du nord (Japon, USA, Canada, Union Européenne) d’avoir soutenu la proposition africaine qu’il avait lui-même émise dés la première réunion préparatoire du SMSI au mois de février dernier à Genève. ’’C’est tout cela qui nous a permis d’obtenir un consensus salvateur sur le projet de déclaration de principe et le projet de plan d’actions qui nous sont soumis’’, a indiqué le président Wade selon qui les propositions européennes d’amélioration des mécanismes de financement déjà existant sont tout à fait complémentaires au Fonds de solidarité numérique. ’’Les mécanismes européens mettent en jeu des Etats, alors que le Fonds de Solidarité Numérique fondé sur le volontariat, même s’il n’exclut pas les Etats, s’adresse principalement d’abord aux citoyens du monde développé, à leurs associations, aux ONG, à la société civile et au secteur privé’’, a précisé le Chef de l’Etat sénégalais. Relevant que l’Afrique représente un marché potentiel de 800 millions de consommateurs, Me Wade a indiqué que l’opération solidaire qui devrait permettre de renforcer la capacité des producteurs africains de tout niveau est aussi profitable pour les pays développés qui ’’retrouveront finalement l’argent à travers leurs entreprises et leurs industries’’. Pour mettre en exergue la solvabilité du marché africain, le Chef de l’Etat s’est appuyé sur l’exemple du Sénégal qui a atteint un taux de croissance de la téléphonie de 300 pour cent durant la période 1999-2003 alors qu’en la matière la moyenne mondiale n’est que de 33 pour cent. Le président sénégalais a aussi rappelé les nombreuses initiatives prises au niveau continental à l’image du NEPAD où les technologies de l’information et de la communication constituent un des huit secteurs prioritaires chargé de corriger le déséquilibre existant entre les Etats africains. ’’Il y a un développement inégal en Afrique où des pays comme la Tunisie, l’Afrique du Sud, le Sénégal et quelques autres disposent déjà dans les capitales de bonnes infrastructures’’, a dit Abdoulaye Wade. Dakar et Johannesburg sont en effet, les deux points africains d’attache de la fibre optique qui permet au Sénégal d’avoir une bande passante de 310 mégabits/seconde. Me Wade qui a de nouveau dénoncé le couple ’’aide/prêt’’ après les ravages faits par l’esclavage et la colonisation, a invité l’humanité ’’à garder en mémoire les grandes injustices qui ont été faites au continent africain et à inventer des mécanismes pour lui permettre d’amorcer la pompe qui la replacera dans le cours de l’économie mondiale où elle reçoit moins de un pour cent de l’investissement et où son niveau de participation au commerce international est inférieur à 1,4 pour cent’’. ’’Nous acceptons la compétition, nous acceptons la globalisation mais à armes égales ; nous disons oui au commerce libre, mais le commerce honnête’’, a martelé le Chef de l’Etat avant de lancer ’’on ne doit pas nous imposer de respecter la liberté des échanges au moment même où, par les subventions, on empêche nos produits d’atteindre les marchés des pays développés, et même de se vendre dans nos propres marchés’’. Le Chef de l’Etat, à la tête d’une forte délégation, regagne Dakar vendredi, date de clôture de la première phase du SMSI dont la Tunisie accueillera l’étape finale du 16 au 18 novembre 2005.

Macky Sall

(Source : APS 11 décembre 2003)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)