twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le président Wade à l’ouverture de la rencontre du Fonds de solidarité numérique hier au CICB : "L’Afrique doit adopter le principe de croissance rapide dans l’éducation"

mercredi 28 janvier 2009

Le Fonds de solidarité numérique est l’initiative africaine développée dans le cadre de la Conférence Régionale Africaine de Bamako en 2002. Il vise à la création d’un Fonds de solidarité pour financer les actions futures de développement des NTIC afin de combler le fossé numérique entre les pays du Nord et ceux du Sud. Le Conseil de Fondation de la structure a tenu, hier, au Centre international de conférences de Bamako (CICB), une réunion extraordinaire sous la présidence des présidents Amadou Toumani Touré du Mali et Maître Abdoulaye Wade du Sénégal. Celui-ci, à l’ouverture des travaux, a invité les pays africains à adopter le principe d’une croissance rapide dans l’éducation.

Aujourd’hui, loin d’être un luxe, l’ordinateur constitue un impératif pour le développement. Il est utile dans tous les secteurs de développement. Dans le domaine de la santé, grâce à la télémédecine, les interventions chirurgicales sont pratiquées.

Un docteur résidant aux USA peut superviser, par exemple, l’opération chirurgicale d’un patient en Europe ou sur d’autres continents.

Dans le domaine de la communication, les offres de l’ordinateur à ses utilisateurs sont énormes. Les mails, les tchatches sont des espaces qui le prouvent à suffisance.

En outre, il convient de souligner que l’ordinateur est une bibliothèque extrêmement riche. Il renferme en son sein pratiquement tous les savoirs du monde. Dans les pays développés, il est le compagnon fidèle des étudiants, des enseignants.

En Afrique, contrairement aux autres continents, l’ordinateur continue à être un luxe. La majorité des populations est cyber-analphabète. Pour combler le fossé numérique entre les pays du Nord et ceux du Sud et faire de l’ordinateur un instrument de développement, les Etats africains ont décidé à Bamako, en 2002, lors de la Conférence régionale africaine, de mettre en place le Fonds mondial de solidarité numérique. Celui-ci est chargé de financer les actions futures de développement des NTIC.

La réunion extraordinaire du Conseil de fondation de cette structure s’est déroulée hier, au CICB. Le président de la République du Sénégal, Maître Abdoulaye Wade, l’un des initiateurs du Fonds, a présidé la cérémonie d’ouverture aux côtés de son homologue du Mali, Amadou Toumani Touré.

Dans son allocution, Maître Wade a salué le Mali. Lequel, selon lui, constitue un bel exemple de solidarité numérique réussi. L’orateur de soutenir que le Fonds mondial de solidarité est une initiative des dirigeants d’Afrique pour rattraper le retard accusé par le Continent dans son processus de développement.

En outre, il a interpellé tous les chefs d’Etat africains à adopter le principe de croissance rapide dans l’éducation. Selon lui, l’Afrique, pour se développer, doit avoir des ressources humaines compétentes.

Par ailleurs, Abdoulaye Wade n’a pas manqué de saisir l’occasion pour critiquer le fonctionnement du Fonds mondial de solidarité numérique. Lequel, à le croire, est sorti des rails. "Chacun doit avoir son ordinateur" a-t-il déclaré.

Même son de cloche chez le président du Fonds mondial de solidarité numérique, Alain Madelin, qui est intervenu un peu plus tôt avant le président Wade. L’orateur de soutenir que sa structure travaille actuellement dans le sens de distribuer des ordinateurs aux populations africaines, de faire de l’outil un instrument d’éducation. "Construire la solidarité numérique, c’est construire des ponts" a-t-il laissé entendre.

Le Secrétaire général de l’Union Internationale des Télécommunications, Hamadoun Touré a, quant à lui, déclaré que sa structure, depuis plusieurs années, est en train de travailler d’arrache-pied pour appuyer les pays défavorisés à avoir accès aux réseaux des TIC.

Le représentant de la Banque africaine de développement (BAD) Ibrahima N’Diaye, a réitéré l’engagement de son institution à renforcer la qualité de l’éducation à travers le TIC en Afrique.

Le ministre de la Communication et des nouvelles technologies, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo a, dans son intervention, fait le point des actions réalisées par le gouvernement du Mali dans la promotion des TIC. Ainsi, a-t-elle cité la commémoration régulière de la fête de l’Internet, l’organisation de e-festival et la création des cyber-espaces dans les facultés de l’Université de Bamako. Ces propos ont été appuyés par le Président de la République, Amadou Toumani Touré, dans le mot de bienvenue qu’il a adressé à ses hôtes.

Le clou de la cérémonie a été la visite guidée dans la salle d’exposition. Les présidents Wade et ATT ont découvert un espace Cyber Grand Public où les enfants étaient en train de manipuler l’ordinateur. Ils ont également vu les enfants écrire sur des tableaux interactifs.

Abdoul Karim Koné

(Source : L’Indépendant,2 8 janvier 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)