twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le premier ministre au salon de l’innovation et des solutions it (sisit) : « L’économie numérique constitue un des facteurs de la croissance »

jeudi 26 novembre 2015

Venu présider hier l’ouverture de la 4e édition du Salon de l’innovation et des solutions It (Sisit 2015), le Premier ministre a indiqué que l’économie numérique constitue un des facteurs et catalyseurs de la croissance. Selon Mahammad Abdallah Dionne, elle offre également un potentiel d’opportunités infinies de services à valeur ajoutée, sources de création de milliers d’emplois pour les jeunes et d’amélioration des conditions de productivité et de compétitivité de notre économie.

Le Premier ministre a présidé, hier, l’ouverture de la 4e édition du Salon de l’innovation et des solutions It (Sisit 2015). Placé cette année sous le thème : « Accélérer la performance des organisations par la transformation digitale », le Sisit qui se tient sur trois jours offre, selon Mahammad Abdallah Dionne, un « cadre de partage et d’échanges sur des projets de l’innovation et de la créativité. L’innovation est assurément un des facteurs essentiels qui a déterminé la trajectoire de toutes les civilisations. Elle est à l’origine des projets déterminants accomplis par l’humanité », a-t-il déclaré. Selon le Premier ministre, le secteur des Tic s’est révélé comme un des leviers essentiels de la productivité, donc de la croissance économique. A l’en croire, en contribuant à plus de 10 % du Pib, les télécommunications constituent l’un des moteurs essentiels de création d’emplois et de richesse de notre pays. « Ces dernières années, le secteur a connu une croissance fulgurante, notamment dans le domaine de la téléphonie mobile. Aujourd’hui, notre pays compte plus de 14 millions d’abonnés au téléphone mobile », informe M. Dionne.

A son avis, une telle performance a été possible grâce au « dynamisme » des opérateurs et « à des infrastructures de télécoms ». Sa conviction est que le lancement prochain de la 4G devrait, par ailleurs, contribuer « à accroître le taux de pénétration de l’Internet et une meilleure couverture numérique du territoire national ».

« Notre pays a bien identifié l’économie numérique comme un des facteurs et catalyseurs de la croissance économique grâce à son formidable potentiel de génération de profits considérables dans tous les secteurs. Aujourd’hui, les Tic se prêtent à des usages multiples dans tous les domaines de la vie. Ils offrent un potentiel d’opportunités infinies de services à valeur ajoutée, sources de création de milliers d’emplois pour les jeunes et d’amélioration des conditions de productivité et de compétitivité de notre économie », a-t-il ajouté. Le chef du gouvernement a fait état de la révolution numérique dans les secteurs de l’agriculture, de la santé, du commerce, de la gouvernance, etc.

Pour que ce potentiel se traduise en croissance durable et en nouveaux emplois, a-t-il fait observer, « il nous faut libérer les énergies créatives ». Pour ce faire, a souligné M. Dionne, « il est indispensable de renforcer les infrastructures de connectivité permettant un accès équitable et à moindre coût à l’Internet, de promouvoir des incubateurs d’entreprises de Tic et de Startups, de développer une offre de formation mieux adaptée ainsi que des mécanismes de financement spécifiques pour les jeunes porteurs de projets Tic ».

Renforcer les Tic à l’école

Le Premier ministre a, à cet effet, rappelé l’option du président de la République de faire de l’économie numérique un des piliers du Plan Sénégal émergent (Pse), « avec comme objectif une multiplication par 10 de l’i-Pib dans la prochaine décennie ». « Le gouvernement a, précise-t-il, l’ambition d’améliorer qualitativement l’infrastructure de télécommunication, de démocratiser l’accès à l’Internet, notamment dans les zones rurales, et d’encourager la connectivité des établissements d’enseignement, de formation et de recherche ». M. Dionne a ainsi invité toutes les sociétés de télécommunications « à mieux contribuer à la mise en place des mécanismes d’insertion des jeunes, à la recherche de stages et d’emplois, et à des fonds dédiés pour accompagner l’émergence de startup ». « L’Etat reste ouvert au développement de partenariats pour renforcer les Tic à l’école et à l’instauration des conditions d’une saine émulation pour encourager les porteurs de projets Tic. Les pays qui ont pris de l’avance dans ce domaine sont ceux-là même dont les fils se sont évertués à changer le cours des choses, en faisant preuve de génie et de créativité, parce qu’ils avaient bénéficié d’un environnement pour un tel investissement », a affirmé le chef du gouvernant, exhortant ainsi les jeunes « à être des leaders car c’est le meilleur moyen de se réaliser et de servir notre pays ».

De son côté, le directeur de Orange Business Services a rappelé que dans nos vies quotidiennes, communautaires et professionnelles, « le digital a déjà ouvert de nouvelles perspectives ». Pour Sékou Dramé, « le digital est chaque jour plus présent, optimise nos façons de travailler quel que soit le secteur d’activités et la taille de notre entreprise ; il est au cœur du développement des entreprises ».

Souleymane Diam Sy

(Source : Le Soleil, 26 novembre 2015)

Post-Scriptum

Alioune Ndiaye, Directeur général du Groupe Sonatel : « Le Sisit permet de découvrir des solutions innovantes phares »

Le Sisit, selon le directeur général de la Sonatel, est une « illustration de la capacité du Groupe Sonatel à accompagner les chefs d’entreprises, dirigeants d’institutions publiques et privées dans leur développement au Sénégal et au-delà ». Pendant le Sisit 2015, a ajouté Alioune Ndiaye, « vous aurez l’occasion de découvrir des solutions innovantes comme le e-Payement, le m-Payement, le Cloud, etc. qui contribueront à la création d’entreprises et à améliorer les relations des entreprises avec leurs parties prenantes ». Selon lui, cette édition du Sisit permettra de découvrir des solutions phares dans des secteurs primordiaux et d’enjeux nationaux comme celui de la santé, du tourisme, e-service, etc. De l’avis de M. Ndiaye, les solutions comme le dossier médical, la carte Eau, entre autres, contribueront à la réalisation d’un concept fard du Pse à savoir « Dakar médical site » qui, dit-il, veut que « la ville de Dakar soit un hub médical de référence de toute la sous-région ». « Les solutions comme la déclaration de naissance, le retrait des actes de naissance électroniques contribueront au développement d’e-Service des citoyens », a-t-il poursuivi. Le Big data va, à l’en croire, « améliorer le bien-être des citoyens aussi bien en zone urbaine que rurale ». « La qualité de notre connectivité au reste du monde, la performance de nos réseaux télécoms et la maîtrise des Tic constituent des conditions essentielles pour le développement économique de notre pays », a relevé Alioune Ndiaye.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)