twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le passage au numérique est de la responsabilité de l’Etat

mercredi 29 juin 2011

Le coordonnateur du Comité national pour le passage de l’audiovisuel de l’analogique au numérique (CNN), Malick Ndiaye, a fait savoir, mercredi à Dakar, que le passage vers le numérique est de ‘’la responsabilité de l’Etat’’ qui doit tout mettre en œuvre pour sa réalisation.

‘’Il n’y a pas de panique, quand les pays sont bien organisés, ils peuvent trouver des solutions et je pense que le passage est une responsabilité de l’Etat’’, a-t-il dit à l’occasion d’un atelier sur la transition de la radiodiffusion numérique au Sénégal.

M. Ndiaye a assuré que ‘’le Sénégal sera prêt avant la date buttoir (2015)’’, expliquant que ‘’toutes les prévisions nous amènent à finaliser avant’’.

Exposant sur la situation actuelle du Sénégal et l’état d’avancement des travaux du CNN, Malick Ndiaye a confié que ‘’beaucoup (de partenaires) sont prêts à financer la mise en œuvre du projet’’. Ce qui le conforte dans sa conviction qu’il ne revient pas aux acteurs du secteur de le faire.

‘’Il existe plein de possibilités et le Comité, dans sa phase actuelle de formulation des propositions, est en train de réfléchir sur tous ces mécanismes de financement, d’accompagnement et aussi du cadre juridique à mettre en place qui permettre de faire le tour de la question’’, a précisé M. Ndiaye.

Il a rappelé que ‘’le passage est global, car devant permettre à l’ensemble des opérateurs de faire le saut en même temps. Et pour ce faire, l’Etat doit permettre la mise en place d’un opérateur unique pour transporter et diffuser les signaux’’.

‘‘Çà peut être dans le cadre d’une mutualisation des ressources. Et cet opérateur sera chargé de la partie numérisation. Le noyau de base peut être constitué de l’opérateur de base public et devra faire le transport aussi de l’audiovisuel et l’internet avec un projet économique viable’’, a expliqué le coordonnateur du CNN.

Selon lui, cette option libérera les exploitants des télévisions qui pourront s’occuper de contenus et de programmes plutôt que d’infrastructures et de diffusion comme c’est le cas aujourd’hui.

Le Comité prévoit la formulation de la stratégie et la validation entre fin 2010 et mi-2011. Quant à la mise en œuvre, elle devra se faire entre 2012 et 2014, tandis que la mobilisation des ressources et les études complémentaires seront réalisées au plus tard à la fin de cette année.

(Source : APS, 29 juin 2011)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)