twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le parti socialiste renvoie Me Wade à ses copies après les accusations de bradage de la licence de Sentel

dimanche 21 février 2010

Le parti socialiste renvoie Me Wade à ses copies après les accusations de bradage de la licence de Sentel Après de multiples accusations pour un bradage de la licence de Sentel par le régime socialiste, Serigne Mbaye Thiam, prend l’actuel médiateur de la république à témoin. Il était à l’époque ministre de la Communication du Gouvernement du Président Abdou Diouf. « Même à supposer qu’en 1998, le Ps ait procédé à un bradage quand on vendait la licence, celui qui était ministre de la Communication, c’était Serigne Diop qui est aujourd’hui Médiateur de la république » a rappelé Serigne Mbaye Thiam.

Il suggère, par ailleurs à Me Abdoulaye Wade de se renseigner auprès de son ancien ministre conseiller. « Wade doit lui (Serigne Diop) demander s’il y a eu des combines pour brader la licence » a-t-il suggéré.

Le chargé des questions électorales du parti socialistes accuse même Wade de ne n’avoir pas joué franc jeu parce qu’au moment où le Gouvernement de Diouf lançait l’appel d’offre de la licence, il siégeait au Conseil des ministres.

« A l’époque en plus, Wade siégeait en Conseil des ministres du Président Diouf quand on préparait le dossier d’appel d’offre ; il était dans le Conseil des ministres et était comme ministre d’Etat auprès du président Diouf » rappelle-t-il.

« Pourquoi, à l’époque, lui, sachant que les licences de téléphonie mobile doivent se vendre à des milliards, n’est pas intervenu en Conseil des ministres pour dire que ce que vous faites n’est pas normal ? se demande Serigne Mbaye Thiam.

Pour lui, « s’il (Me Wade) le dit en 2000, c’est que c’est après qu’on a commencé à vendre aux enchères les licences. Mais, cela ne se faisait pas en 96 au moment où la procédure d’une deuxième licence a été faite » a-t-il argumenté.

Le socialiste ne comprend pas, d’ailleurs, que la Sentel dont le décret de retrait de la licence a été signé continue à fonctionner jusqu’à présent.

« Mais ce qui est cocasse dans l’affaire, c’est que Sentel qui est censée ne pas exister depuis juillet 2000 continue à fonctionner au niveau du Sénégal ».

« Donc quels sont les arrangements qu’il y a entre eux ? Là aussi, c’est une nébuleuse parce que c’est une gestion totalement opaque. On ne peut pas comprendre que pour une société dont on a signé un décret pour retirer la licence continue à fonctionner » a-t-il martelé avant de se demander sur quelle base ?

Charles Thialice Senghor

(Source : Pressafrik, 21 février 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)