twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le parquet requiert l’application de loi contre Latif Coulibaly et ses complices

mardi 14 septembre 2010

Le procureur du tribunal de la grande correctionnelle, siégeant mardi en audience spéciale, a requis l’application de la loi contre Abdou Latif Coulibaly, directeur de publication de l’hebdomadaire ’’la Gazette’’, et les journalistes Alioune Badara Coulibaly et Aliou Niane du même hebdomadaire, tous poursuivis pour diffamation par le conseiller principal en charge des NTIC du chef de l’Etat, Thierno Ousmane Sy.

Le nom de M. Sy a été cité par le journal dans l’affaire des 20 milliards de commission qu’auraient perçus des autorités sénégalaises, dans le cadre de la vente de la troisième licence de téléphonie mobile à la société soudanaise SUDATEL.

Lors de son interrogatoire, le principal prévenu, Abdou Latif Coulibaly, n’a pas lésiné sur les moyens de sa défense, projetant avec des diapositives les éléments de preuve qu’il affirme détenir dans le cadre du dossier.

A l’aide de son ordinateur portable, il s’est évertué à montrer que la partie civile a reçu un mail de la part du nommé Kéba Kend.

Dans ce texte, précise le directeur de publication de ’’la Gazette’’, M. Kend aurait demandé à Thierno Ousmane Sy d’intervenir, afin qu’on lui verse des commissions dans l’affaire SUDATEL.

Le prévenu a également maintenu ses déclarations, affirmant qu’il n’ a jamais dit que Thierno Ousmane Sy a reçu quoi que ce soit, mais qu’il est simplement impliqué dans ce qu’il considère comme un scandale.

Selon Abdou Latif Coulibaly, une commission de 10 pour cent n’existe nulle part dans le monde.

Il a rappelé avoir démontré dans son enquête, que le Sénégal devait encaisser 200 millions de dollars, soit l’équivalent de 100 milliards de francs CFA, avant de s’interroger sur les 20 milliards de commission qu’auraient reçus de hautes autorités de l’Etat du Sénégal.

Selon Abdou Latif Coulibaly, ces 20 milliards représentent 10 pour cent des 100 milliards de francs CFA, correspondant au prix de la licence vendue à la société soudanaise.

Interrogés par le tribunal, les journalistes Alioune Badara Coulibaly et Aliou Niane, ont quant à eux indiqué qu’ils se sont bornés dans leurs articles à faire état d’échanges de mails entre Thierno Ousmane Sy et Keba Kend au sujet des commissions relatives à la vente de la troisième licence à SUDATEL.

De son côté, Thierno Ousmane Sy a dit au tribunal, qu’il n’a jamais reçu une quelconque commission sur l’affaire de la troisième licence.

Il s’est dit offensé par les prévenus qui ont diffusé de fausses informations pour le diffamer et porter atteinte à son honorabilité.

Il a rappelé qu’il a été désigné pour diriger et piloter la procédure pour l’octroi de la troisième licence de téléphonie mobile au Sénégal, dans des procédures régulières et transparentes.

Un travail qu’il a dit avoir réalisé avec une équipe de 150 personnes issus de différents services que sont le ministère des Télécommunications, l’ARTP et le ministère des Finances.

Pour Thierno Ousmane Sy, il n’y a jamais eu de commission dans la cession de la licence à SUDATEL qui a permis au Sénégal d’encaisser 200 millions de dollars, soit 89 milliards de francs CFA.

Il a dit que sa mission s’arrêtait là et qu’il a rendu compte de son travail au chef de l’Etat qui le lui avait confié.

Il affirme qu’Abdou Latif Coulibaly et les deux journalistes ont voulu ternir son image et le diffamer, relevant qu’ils n’arrivent pas à donner les preuves montrant qu’il a aurait reçu un centime des 20 milliards évoqués par ’’la Gazette’’.

Toutefois, il a reconnu avoir échangé des mails avec Keba Kend. Mais il a mis ses correspondances dans le cadre des relations qui le lie à ce dernier qui fut son camarade de classe.

Les avocats de Thierno Ousmane Sy se sont quant à eux offusqués de la démarche d’Abdou Latif Coulibaly qui, selon eux, a diffamé publiquement leur client. Ils ont fustigé la stratégie des autres prévenus, qui affirment n’avoir jamais cité Thierno Ousmane Sy dans leurs articles.

Ils ont brandi un exemplaire du journal avec à l’appui une photo de leur client à la une, avant de rcélamer cinq milliards de francs CFA, à titre de dommages et intérêts.

(Source : APS, 14 septembre 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)