twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le numérique veut jouer les premiers rôles au Fespaco

mercredi 27 février 2013

Celluloïd ou numérique ? Le débat fait rage cette année au Fespaco, le grand festival du cinéma africain de Ouagadougou, que des réalisateurs poussent à briser rapidement le monopole du sacro-saint 35 mm en sélection officielle.

Créé en 1969 par une poignée de cinéastes et de cinéphiles, le festival, qui se poursuit jusqu’à samedi, bannit toujours de la prestigieuse section long métrage les films tournés en caméra numérique. Un film en numérique doit nécessairement être "kinescopé" (transféré sur pellicule) pour être retenu et briguer l’Etalon d’or de Yennenga, la récompense reine. "Nous sommes dans un festival ringard qui refuse l’évolution technologique", peste le cinéaste burkinabè Boubacar Diallo, infatigable avocat du numérique.

Primé au Fespaco 2009 pour son deuxième long métrage "Coeur de lion", il aligne son nouveau film "Congé de mariage" dans la section "TV-vidéo", faute d’argent pour le kinescopage, explique-t-il à l’AFP. La direction du festival a d’ailleurs indiqué mercredi avoir décidé que quatre longs métrages sélectionnés seraient interdits de prix cette année. Raison invoquée : ils n’ont pas été kinescopés, contrairement aux promesses faites. Mais des participants au festival ont protesté contre cette exclusion et lancé une pétition.

"Le 35 mm est mort. Nous sommes dans l’ère du numérique, il n’y a plus rien à faire", tranche le réalisateur Balufu Bakupa-Kanyinda (RD Congo), président de l’Association des réalisateurs et producteurs d’Afrique. Même son de cloche du côté du cinéaste camerounais Jean-Pierre Bekolo, qui vient de tourner en numérique son dernier film, "Le président". Pris par les délais, il ne l’a pas soumis au Fespaco, mais l’opus a été présenté en marge de l’événement.

Consensus d’ici samedi ?

"Je ne comprends pas pourquoi les Africains s’accrochent au 35 mm, qu’ils n’ont pas inventé", lâche-t-il. Et d’administrer une petite leçon d’histoire : "Quand on est passé du cinéma muet au cinéma parlant, il y en a qui ont grogné. Ensuite, quand on est passé du noir et blanc à la couleur, il y a des réalisateurs qui ont dit que la couleur a tué la belle image". La question suscite en effet de très forts tiraillements parmi les cinéastes à Ouagadougou entre les tenants du numérique, vanté comme moins coûteux et plus maniable, et les défenseurs du 35 mm, qui estiment que le support numérique décuple la piraterie et refusent que tout un chacun puisse se prétendre réalisateur.

Cependant, la cause du numérique semble avancer sérieusement. Dans les couloirs du Fespaco, il se dit de plus en plus que le festival pourrait être amené à admettre le numérique lors de sa prochaine édition, en 2015.Pour Balufu Bakupa-Kanyinda, qui avec d’autres mène depuis plusieurs années "pour le compte du Fespaco" une réflexion sur "la transition vers le numérique", l’heure a sonné : le digital va être accepté, "le Fespaco lui-même va annoncer la nouvelle".

Le patron du festival Michel Ouédraogo se montre plus prudent. S’il concède que "le temps du numérique viendra", il souligne que toute évolution nécessite un changement du règlement en accord avec "les professionnels africains".Il assure toutefois, sans en dire davantage, qu’un "consensus" est à portée de main et qu’"une décision définitive sera prise à la fin du festival" samedi, jour du palmarès.

L’avenir du Fespaco est au numérique, s’enthousiasme déjà Jean-Pierre Bekolo. Selon lui, des discussions ont été ouvertes avec le site de vidéo en ligne YouTube, filiale du géant américain de l’internet Google, pour permettre une diffusion des films parallèlement aux projections lors de chaque biennale. Mais si le Fespaco fait le grand saut, cela aura un coût : de nouveaux équipements seront nécessaires. "Il faudrait rééquiper les salles de cabines numériques. Or une cabine coûte 150. 000 euros", avertit Balufu Bakupa-Kanyinda.

AFP

(Source : France 24, 27 février 2013)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)