twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le numérique, un levier pour le renforcement du système éducatif

mardi 17 août 2021

L’usage du numérique au sein des établissements scolaires et universitaires constitue un important levier pour le renforcement du système éducatif, a affirmé, mardi, Dieynaba Diouf, professeure de français à la Maison d’éducation Mariama Bâ de Gorée.

’’Le numérique constitue aujourd’hui un levier important pour le renforcement du système éducatif", a-t-elle déclaré.

Dieynaba Diouf prononçait ainsi le discours d’usage de la cérémonie de remise des prix aux lauréats du concours général, édition 2021, placé sous le thème : ’’Pédagogies innovantes à l’école dans le contexte de Covid-19 : l’apport du numérique pour des enseignements apprentissages de qualité’’.

Selon l’enseignante, ’’la pandémie de la Covid-19 a démontré que face à toute situation difficile, la construction devient aisée quand elle est sous-tendue par une forte capacité de résilience animée par le courage, la détermination et la volonté d’aller de l’avant."

Elle a rappelé que ’’dès le premier trimestre de l’année 2020, le cœur du système scolaire a souffert d’une arythmie sévère, entraînant l’arrêt brusque des enseignements et apprentissages.’’

Toutefois, l’usage du numérique a permis à lécole, entre autres pédagogies innovantes dans le contexte de covid-19, d’aboutir malgré tout à des résultats satisfaisants avec des taux de réussite de l’ordre de 72,04% au CFEE en 2020, contre 51,70% en 2019, 74,51% au BFEM en 2020 contre 51,70% en 2019, 48,40% au baccalauréat en 2020 contre 37,70% en 2019.

Fort de ce constat, elle est d’avis que ’’devant l’envie croissante de sortir de la routine, de libérer l’élève toujours stressé, toujours confiné dans le seul espace pédagogique, sa classe, de minimiser l’impact d’éventuelles perturbations sur les enseignements et apprentissages, il est [utile] de créer un environnement propice à l’apprentissage par le virtuel pour la continuité pédagogique.’’

Elle a souligné l’importance d’’’améliorer le niveau d’appropriation’’ du numérique ‘’par les autres parties prenantes de l’école, à savoir les enseignants, chefs d’établissements, parents, en multipliant les initiatives qui sont en train d’être prises en la matière.’’

’’Dès lors, si l’on considère la connexion indéfectible entre nos jeunes et les outils du numérique, quoi de plus indiqué que ces outils, pour donner à l’élève plus de liberté, d’aisance et d’assurance afin d’exprimer son potentiel’’, a ainsi lancé Dieynaba Diouf.

Pour cette enseignante de lettres modernes, ’’la longue pratique de classe a suffisamment démontré que même l’élève le plus timoré, devient beaucoup plus autonome et apte à rendre le meilleur de lui-même, une fois qu’une tâche de recherche par le numérique lui est confiée.’’

Ainsi, elle en appelle à une réduction de la fracture numérique due au défaut de formation, au manque d’infrastructures, à la réticence aux changements et surtout, aux difficultés liées à la connectivité.’’

’’De plus, il faudrait vaincre l’obstination des élèves à croire que le numérique est plus ludique que didactique et pallier le manque de systèmes centralisés de supervision des écoles’’, a-t-elle ajouté.

Elle a dans le même sillage plaidé pour une transformation de la pédagogie dans le sens d’un travail coopératif et pluridisciplinaire et pour une lutte contre les inégalités éducatives plus effective, conformément à la vision du chef de l’État en matière d’éducation, clairement définie dans le programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (PAQUET).

Pour sa part, le chef de l’Etat, Macky Sall, a rassuré en soulignant que le gouvernement va ainsi poursuivre les investissements entrepris dans ce domaine pour faire du numérique un catalyseur de progrès et un soutien à la formation de ressources humaines de qualité.

(Source : APS, 17 août 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)