twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le modèle Sonatel

mardi 20 mars 2001

L’opérateur national de télécommunications surfe sur la vague du succès. Prochain objectif : devenir rapidement le leader du secteur en Afrique de l’Ouest.

Créée en 1985, la Société nationale de télécommunication du Sénégal (Sonatel) était déjà, dès le début des années quatre-vingt-dix, une entreprise compétitive. À la veille de sa privatisation, en juillet 1997, elle disposait d’un des meilleurs réseaux d’Afrique subsaharienne, par son niveau de numérisation et le nombre de lignes par habitant. Elle remplissait tous les critères d’une privatisation réussie : apurement de la dette, renégociation des accords en cours avec les tiers, mise en conformité de la comptabilité, états financiers conformes aux principes comptables généralement acceptés.

..

Son chiffre d’affaires à la fin de l’année 1997 - 77,7 milliards de F CFA - avait augmenté de 17 % en moyenne sur dix ans. Rien que pour cette année-là, son parc de lignes téléphoniques principales fixes avait crû de 22 % et le nombre d’abonnés au réseau mobile Sonatel progressé de près de 300 %.

Une offre publique de vente fut lancée en décembre 1997. Dix pour cent du capital étaient réservés aux salariés et 17,66 % au public et aux institutionnels : assurances, banques, sociétés d’investissement présentant des excédents de trésorerie... (on en est à 20 % aujourd’hui). L’État gardait 27,67 %, tandis que 33,33 % étaient attribués au partenaire stratégique, France Câbles et Radio (FCR), filiale de France Télécom. La participation de FCR a été portée à 42,33 % en juillet 1999.

En 1999, la Sonatel affichait un chiffre d’affaires de 103,45 milliards de F CFA - en augmentation moyenne de 7 % sur les cinq dernières années - et un bénéfice net après impôts de 39,4 % du chiffre d’affaires, lui aussi en progression de près de 7 %.

Trois fois plus d’abonnés sur le mobile

Les capitaux propres de l’entreprise s’élevaient à 172 milliards. Le parc de lignes principales téléphoniques fixes - 165 874 - avait crû de près de 19 % et le nombre d’abonnements au réseau mobile Alizé avait plus que triplé, à 73 472. La Sonatel couvrait 100 % du marché de la téléphonie fixe, dont elle détient le monopole jusqu’en 2004, et 85 % de celui de la téléphonie mobile, qu’elle a partagé, jusqu’au 12 octobre 2000 avec son concurrent Sentel, filiale de Millicom Cellular International (voir encadré).

L’arrivée de Sentel en juillet 1999 n’a en rien ébranlé le leadership de la Sonatel Mobile, qui avait installé son réseau de téléphonie cellulaire Alizé depuis septembre 1996. La croissance rapide du secteur et l’arrivée de la concurrence ont obligé la Sonatel à filialiser son activité cellulaire en une entité, Sonatel Mobile, dotée d’un capital de 9 milliards de F CFA, née le 1er janvier 1999 de la scission de l’activité de téléphonie cellulaire. Pour cette première année d’existence, Sonatel Mobile avait réalisé un chiffre d’affaires de 11 milliards de F CFA.

L’introduction de la Sonatel, le 2 octobre 1998, à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan lui a donné une dimension d’entreprise sous-régionale. Cette entrée en Bourse a permis d’assurer le financement de ses investissements, comme avec l’emprunt obligataire de 12 milliards de F CFA levé en décembre 1999.

Face à la concurrence

Cotée 19 500 F CFA à la première séance, l’action grimpera six mois plus tard, à 28 600 F CFA. À l’époque, elle affichait la plus forte capitalisation de la BRVM avec 25 % de la capitalisation totale de la Bourse et 40 % de celle des dix premières valeurs.

Sans concurrent sur le marché sénégalais, elle a profité de sa situation de monopole, étendu son réseau à l’ensemble du territoire, surtout dans les zones rurales, grâce aux télécentres, ces cabines téléphoniques publiques, largement répandues au Sénégal et installées dans des maisons ou des commerces. Le parc de lignes de télécentres privés, estimé en juin 2000 à plus de 9 000 lignes principales, génère plus de 15 000 emplois. Au premier trimestre 2000, son chiffre d’affaires cumulé s’élevait à 10 milliards de F CFA et sa marge brute cumulée à plus de 3 milliards. Pour l’exercice 2000, la Sonatel a réalisé un chiffre d’affaires de 110 milliards, dont 33 milliards provenant des seuls télécentres, soit près de 30 %. Pour 2001, elle prévoit un chiffre d’affaires de 120 milliards, dont 36 provenant des télécentres.

Avec ses 1 400 employés, son capital de 50 milliards de F CFA - divisés en 10 millions d’actions de 5 000 F CFA - l’entreprise, quatrième du pays par son chiffre d’affaires, garde l’oeil rivé sur ses objectifs : devenir à très court terme le leader des entreprises de télécommunication en Afrique de l’Ouest et la première entreprise sénégalaise. Le monopole sur la téléphonie fixe dont elle dispose jusqu’en 2004 peut lui permettre de réaliser ces objectifs. Après cette date, la cession pourrait être revue par l’État. La Sonatel se prépare depuis des années à cet environnement concurrentiel, en procédant notamment à des baisses de plus en plus régulières de ses tarifs. Par exemple, le 6 juin 2000, elle a baissé ses tarifs internationaux dans ses trois catégories : Afrique, France et reste du monde. Ces dernières années, ces baisses - moins de 15,5 % le 30 décembre 1998, puis moins de 10 % le 1er juillet 1999 - ont favorisé la croissance du volume du trafic international départ. Il est passé en 1999 à 36,5 millions de minutes, contre 31,7 millions de minutes en 1998, et le trafic international arrivée à 111 millions de minutes, contre 94 millions en 1998.

Ces baisses suffiront-elles à faire face à un concurrent ? Les abonnés resteront-ils fidèles ? Le gouvernement aurait l’intention de revoir les conditions d’octroi à la Sonatel de la première licence de téléphonie mobile. Il a aussi annoncé, le 9 septembre 2000, la création prochaine d’une agence unique de régulation des secteurs eau, électricité, télécommunications...

Tidiane Dioh

(Source : Jeune Afrique, 20 mars 2001)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)