twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le mobile banking, l’avenir du e-commerce en Afrique

jeudi 17 décembre 2015

Le secteur du e-commerce est en pleine expansion sur le continent africain, une croissance qui se construit malgrè des difficultés énormes, notamment un faible taux de bancarisation des populations. Pour accroître davantage leurs chiffres, les e-commerçants se tournent désormais vers de nouveaux moyens de paiement afin de permettre à toutes les couches sociales de bénéficier de leurs services et produits.

Beaucoup d’entrepreneurs africains se tournent vers le commerce en ligne, un marché en pleine croissance qui attire de plus en plus de consommateurs. Avec des coûts d’achat de produits et services souvent en dessous de ceux pratiqués sur le marché physique, faire ses achats en ligne n’est plus pour les africains une « mode », mais plutôt un moyen pratique pour acheter ou avoir accès à un service de qualité. Cette expérience d’achat connaît tout de même de nombreuses limites, notamment celles relatives aux paiements en ligne. Traditionnellement, pour faire ses achats en ligne, il faut posséder un compte bancaire et une carte dédiée aux paiements en ligne. Selon le Global Findex, le taux de bancarisation reste très faible sur le continent, en Afrique de l’ouest par exemple il avoisine les 15%, dans le centre de l’Afrique il est encore plus bas avec seulement 7%. La raison la plus fréquente pour détenir un compte bancaire est le besoin de prêt, par exemple, pour faire face aux urgences financières familiales. Le deuxième besoin évoqué par les populations réside dans les frais de scolarité, l’achat ou la construction d’une maison, l’achat d’un véhicule ou encore les dépenses ponctuelles pour un mariage ou des funérailles.

Le mobile banking pour pousser le secteur

Dans de nombreux pays africains, le mobile banking est désormais une solution palliative au faible taux de bancarisation, notamment pour les revenus faibles, ou encore pour les transactions rapides (paiement de factures, envoi d’argent à un tiers…). Cette bancarisation mobile constitue également une aubaine pour les e-commerçants. « Il est important pour les e-commerçants de s’adapter aux réalités du marché. Pour permettre à tous les africains d’avoir accès à nos services nous explorons tous les moyens de paiement possibles. Dans des pays comme le Nigéria, le Kenya par exemple, nous avons donné la possibilité à nos clients de payer leur réservation via leur téléphone, et je peux vous dire que c’est un véritable succès, nous somme en train de l’étendre à l’ensemble des pays », explique Paul Midy, CEO de jovago.com, une plateforme hôtelière en ligne. « On parle en 2015 de plus d’un milliard d’utilisateurs de services bancaires mobiles dans le monde, et je pense que le fait que l’Afrique soit devenue le deuxième marché mondial de la téléphonie derrière l’Asie, avec une croissance de 30% ces dix dernières années, présente énormément d’opportunités à saisir pour les opérateurs de mobile banking et pour les acteurs du e-commerce. L’Afrique fait actuellement figure de laboratoire de l’utilisation du mobile banking, un service qui constitue également un véritable vecteur d’inclusion économique et de prise en compte de la précarité de la bancarisation sur le continent. Si le mobile banking est très developpé dans les pays anglophones, notamment au Nigéria et au Kenya où près de 70% des personnes ayant un téléphone mobile ont un compte, dans les pays francophones, il est certes encore très bas, mais commence par devenir un réflexe pour les populations qui n’ont pas souvent accès au système bancaire classique. C’est le cas du Sénégal qui compte en 2015 près de deux millions d’utilisateurs du mobile banking.

Ismael Cabral Kambell

(Source : Jovago, 17 décembre 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)