twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le mauricien WIOCC veut lancer un réseau de centres de données panafricains pour les besoins des fournisseurs de cloud

jeudi 25 novembre 2021

Avec environ 112 installations selon un rapport du cabinet Balancing Act publié en janvier 2020, l’Afrique possède moins de 1% du parc mondial de datacenters. Le continent a besoin d’augmenter de façon significative ses centres de données à cause de la transformation numérique qui s’accélère.

Dans l’optique de répondre aux besoins des fournisseurs de cloud, le fournisseur mauricien de services de télécommunications West Indian Ocean Cable Company (WIOCC) veut lancer un réseau de centres de données en Afrique et à l’international. L’entreprise a annoncé le mercredi 24 novembre une levée de fonds d’un montant de 200 millions de dollars et, pour réussir l’opération, a créé une nouvelle filiale.

« La création d’une nouvelle société du groupe - Open Access Data Centres - offrant une proposition de centre de données transformationnelle au marché, soutiendra et accélérera l’évolution des écosystèmes de cloud en Afrique, en fournissant les capacités à faible latence et à haute performance de plus en plus demandées sur les marchés africains », a indiqué Chris Wood, PDG de WIOCC.

La première phase du projet, qui sera lancée début 2022, concernera l’installation de câbles sous-marins à Lagos au Nigeria, à Durban en Afrique du Sud et à Mogadiscio en Somalie. Chaque centre de données pourra offrir aux clients des installations de colocation sur mesure et une connectivité ultra-fiable et transparente provenant directement des nouveaux systèmes sous-marins internationaux, éliminant ainsi les coûts et les risques traditionnellement associés à la liaison terrestre entre le réseau principal et les sous-réseaux périphériques.

Les autres phases de déploiement permettront d’installer plus de 20 nouveaux centres de données sur toute l’étendue du continent en se concentrant sur les principaux centres de connectivité de chaque pays.

Pour rappel, le besoin en centres de données a augmenté en Afrique avec l’explosion du nombre de start-up et la transformation numérique en cours sur le continent. Le sud-africain Africa Data Centres va également investir plus de 500 millions de dollars pour construire dix centres de données sur le continent dans les deux prochaines années.

Adoni Conrad Quenum

(Source : Agence Ecofin, 25 novembre 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)