twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le directeur de la télévision nationale prône ‘’une réforme de l’audiovisuel’’

dimanche 10 mai 2009

Le nouveau directeur de la télévision nationale, Ibrahima Souleymane Ndiaye, plaide pour une réforme du secteur audiovisuel sénégalais, qui permettrait de ‘’repartir sur de nouvelles bases’’.

‘’Je pense qu’il est tant qu’on regarde en face la réalité du secteur audiovisuel sénégalais. Je ne parle pas de l’audiovisuel public. Je parle du secteur de l’audiovisuel dans sa globalité. Il faut des réformes sectorielles pour repartir sur de nouvelles bases’’, a expliqué Ibrahima Souleymane Ndiaye, dans un entretien exclusif avec l’APS.

Il a souligné, pour le déplorer, que la télévision absorbe une grande partie des ressources de la maison pour les besoins de la production.

‘’On ne peut pas continuer à fonctionner avec 75% de nos ressources adossées sur le commercial. Quand on est télévision publique, il y a des critères qui définissent une télévision publique’’.

Il a ajoute : ‘’il va falloir légiférer. On ne peut pas continuer comme ça, il va falloir prendre des initiatives. Cela ne se fera pas du jour au lendemain. Donc, en attendant, on va ronger nos freins et essayer de continuer de vivre, tant bien que mal, la situation telle qu’elle est’’.

Il a fait savoir que cela fera l’objet de grandes réflexions afin de mettre de nouveaux programmes d’information en place et qui soient plus attractifs pour les sponsors et les commanditaires, pour essayer de drainer de nouvelles ressources.

‘’Il y aura des ruptures au sein de la télévision nationale, mais je dois auparavant rencontrer les responsables avec qui je dois travailler. Je dois avoir la décence de terminer les discussions d’abord avec les gens à l’interne avant d’annoncer quoi que ce soit’’, a encore relevé M. Ndiaye.

Le directeur de la télévision nationale a, par ailleurs, invité les autorités étatiques à trouver des sources de financement pour l’audiovisuel public, précisant qu’il y a ‘’deux avantages à cela’’.

‘’Il s’agit d’abord, de rendre plus transparent le jeu, parce que, comme cela se fait en France, la télévision publique va chercher ses ressources dans le public pour répondre au besoin du public’’, a expliqué M. Ndiaye.

‘’C’est seulement en ce moment qu’on peut être comptable devant le public. C’est cela la règle du jeu, parce qu’en le faisant, on libère des segments pour les télévisions commerciales qui ne peuvent pas vivre autrement que de commercial’’, a soutenu le directeur de la télévision nationale.

M. Ndiaye dit constater qu’au Sénégal, la télévision nationale ‘’dispute le marché aux télévisions commerciales et en ce moment, les règles du jeu sont faussées’’.

(Source : APS, 10 mai 2009)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)