twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le développement des TIC n’a pas pris en compte les aspects sanitaire et environnemental, selon un chercheur

vendredi 2 juillet 2010

Le développement des TIC n’a pas pris en compte les aspects sanitaire et environnemental, selon un chercheur Les TIC connaissent un développement important en Afrique. Elles participent à l’avancée économique. Toutefois, les aspects environnemental et sanitaire n’ont pas été pris en compte dans leur développement. Cette déclaration est de M. Mamadou Aladji Ly, chercheur au CRES qui participé hier à un atelier multi-acteur d’échanges et de validation des résultats de recherches menées sur les enjeux régionaux et internationaux de la libéralisation du commerce des services TIC. Pour étayer ses propos, M. Ly a cité les antennes relais qui selon lui, ont un effet négatif sur la santé des populations qui, malheureusement, l’ignorent.

Par ailleurs, M. Ly qui a noté que la libéralisation des TIC a plus profité aux opérateurs qu’aux consommateurs, a ajouté qu’au niveau local, le développement de nos entreprises sur les TIC n’est pas encore prêt à concurrencer les multinationales. Il a aussi souligné que le taux de pénétration de la téléphonie mobile est très important, contrairement à celui de l’Internet qui reste à désirer à cause de la cherté de son installation.

Cet atelier, organisé par l’Institut PANOS Afrique de l’ouest en partenariat avec le Centre de Recherches économiques et sociales(CRES), a rassemblé pour la première fois tous les principaux protagonistes : organisations sous-régionales (CEDEAO, UEMOA), pouvoir publics (ADIE, Grappe TIC, DTIC, ARTP), instituts universitaires et scientifiques africains, opérateurs de télécommunications et représentants du secteur privé (CNP, EXPRESSO, SENTEL, SONATEL, OPTIC), quelques organisations de la Société civile (ISOC, Gorée TIC) et médias impliqués dans le projet.

Charles Thialice Senghor

(Source : Pressafrik, 2 juillet 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)