twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le continent ‘’très en retard dans la production de contenus sur les réseaux numériques’’, selon un expert

lundi 21 décembre 2009

Le continent africain est ‘’très en retard dans la production de contenus sur les réseaux numériques’’, a soutenu le responsable de la grappe Technologies de l’information et de la communication au sein de la Stratégie de croissance accélérée (SCA), faisant notamment référence à la presse en ligne.

‘’La nécessité de promouvoir le développement des contenus locaux en Afrique consacrée par une déclaration du sommet mondial de Genève 2003 et des autres réunions africaines sur la société de l’information, est restée lettre morte’’, a souligné Malick Niaye en marge de l’ouverture, lundi à Dakar, du séminaire sous régional sur les enjeux des contenus dans les réseaux numériques.

Assurant la coordination de la rencontre organisée par la Commission sénégalaise pour l’Unesco, il a assuré qu’aujourd’hui encore, ‘’la faiblesse de la présence de contenus africains dans les réseaux numériques s’est encore accentuée’’.

‘’En lisant la presse en ligne, c’est souvent sûr que le serveur qui l’héberge n’est pas forcément au Sénégal, pour la télévision, même si elle est au Sénégal, le serveur est à l’extérieur’’, selon Malick Ndiaye, notant que les difficultés de prise en charge au niveau local des infrastructures restent réelles.

Ainsi les producteurs de contenus traditionnels destinés au cinéma, à la télévision et à la radio sont confrontés au manque de moyens matériel et financier nécessaires à une production de qualité et à une absence de vision de l’évolution du secteur de la production de contenus adaptés à des supports multiples.

Pour le coordonnateur de la grappe TIC de la SCA, ‘’il n’ y a que sur les téléphones mobiles qu’on a un dispositif local mais en ce qui concerne les réseaux numériques tels que Internet, tout est à l’extérieur’’.

Toutefois, relève le coordonnateur, des contenus africains existent mais ils nécessitent une ‘’transformation dans des formats adéquats pour une utilisation multiple et sécurisée dans les réseaux et plate forme’’.

L’exploitation du patrimoine constitué par les archives audiovisuelles pourrait être d’un grand apport dans cette démarche, de l’avis de la Commission.

C’est pourquoi, la structure a jugé opportun d’organiser la réflexion autour de la problématique de la gestion des contenus sur les réseaux numériques à l’heure de la convergence de technologies entre médias, technologies de la communication et télécommunications, selon le coordonnateur de la rencontre.

Au niveau des présentations, a t - il expliqué, les experts chacun dans son domaine feront des communications sur les aspects technologiques, la production de contenus et d’autres sur des expériences qui soulèvent les problèmes vécus dans ces nouveaux supports.

Ce qui va permettre aux experts juridiques, technologiques et des contenus de discuter et de voir comment renforcer la convergence et les capacités de production de contenus sur les réseaux numériques.

La rencontre sous-régionale consacrée aux ’’enjeux des contenus dans les réseaux numériques, à l’heure de la convergence entre médias, technologies de l’information et de la communication et télécommunication’’, devra aussi aboutir sur ’’l’identification de stratégies appropriées de création et de valorisation des contenus dans un contexte de convergence des technologies et des services’’.

Il s’agira également pour les participants de ’’susciter la réflexion des acteurs africains sur la problématique de la gestion des droits des œuvres qui circulent sur les réseaux numériques’’.

(Source : APS, 21 décembre 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)