twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Synpics veut un organe régulateur fort pour remplacer le CNRA

jeudi 18 mars 2021

Le Syndicat des professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (Synpics), va procéder à la rédaction d’un mémorandum pour la réforme de la presse, afin de pousser l’Etat à mettre en place un organe régulateur des médias fort pour remplacer le CNRA. « D’abord, le plan d’actions, est de procéder à la rédaction d’un mémorandum fort.

Un mémorandum dans lequel nous allons répertorier tous les points de réforme qu’il faut impérativement mener afin de restaurer la confiance du public par rapport aux médias, parce qu’il y a beaucoup de dérives. Ces réformes permettront à l’Etat de prendre ses responsabilités afin que certains entités longtemps en attente puissent être mises en place », a expliqué Bamba Kassé, Secrétaire général du Synpics. Avant d’ajouter « ensuite, ces réformes visent à mettre l’Etat devant ses responsabilités afin que certaines entités qui étaient pensées depuis très longtemps puissent maintenant être mises en place. La première entité est l’organe de régulation. Parce qu’aucun secteur au monde ne peut rester sans norme.

Même si la presse, c’est la liberté, on ne peut pas laisser tout un secteur sans norme. Donc, il faut un organe fort de régulation qui remplace le CNRA et sera à même de réguler l’activité journalistique dans ce pays ». Et le Secrétaire général du Synpics a fait savoir qu’un ‘’Sit-in’’ est prévu avec toutes les forces vives de la Nation mais, reste à fixer la date. « Un Sit-in est prévu mais nous n’avons pas encore fixés la date.

Dans les normes, ça devrait se tenir avant la fin de ce mois. Nous sommes toujours en négociation pour trouver la meilleure date parce qu’on le veut participatif et non un Sit-in corporatiste. En fait, nous voulons qu’il s’agisse d’un rassemblement au cours duquel on aura toutes les forces vives de la Nation, y compris les politiques, qui viendront marteler avec nous, l’obligation et la nécessité, au Sénégal d’avoir ce qu’on n’appelle « une liberté d’expression libre ».

Barthélemy Coly

(Source : Sud Quotidien, 18 mars 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)