twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Sénégal doit éviter une normalisation de la perturbation ou de la coupure d’internet

samedi 6 mars 2021

L’utilisation d’internet et de médias sociaux est devenue la pierre angulaire de la liberté d’expression au pays de la Téranga.

Les réseaux sociaux constituent une plate-forme importante pour la discussion et le partage des opinions. Beaucoup d’entre nous ne peuvent pas participer à des événements radicaux et des mouvements physiques. Cependant, accessible à tous (ou presque) derrière les écrans, internet devient la voix de la dissidence et la solidarité avec ceux qui luttent pour leurs droits fondamentaux.

La perturbation d’internet ou sa coupure au Sénégal signifie que le reste du monde n’aura aucune idée de ce qui se passe. Les journalistes et les médias qui ont fait des reportages ou des lives sur le terrain, ont eux aussi tous constaté cette anomalie. L’épisode de protestation n’est qu’un complément à la longue histoire de la répression Internet pour supprimer le mouvement de protestation.

Nous rappelons que la coupure d’internet est illégale et peut alors être considérée comme une violation du droit humain.

Il est en effet déplorable que le Sénégal, figure emblématique de la lutte pour la mise en place des infrastructures d’internet emboîte le pas des régimes oppressifs qui coupe l’accès au web durant des manifestations.

Internet sert aux entreprises à continuer à fonctionner durant l’insécurité des périodes de crises. Les coupures d’internet ont des coûts politiques, économiques et humanitaires.

Les petites PME adoptent systématiquement le télétravail pour continuer à fournir leurs services et ainsi contribuer au maintien de l’économie.

Cela inclut des étudiants qui dépendent fortement sur Internet pour leurs cours en ligne.

Couper ou perturber l’accès contribue à isoler sa population et à réduire sa liberté d’expression.

Dans toutes les régions du monde, la perturbation d’internet est devenue une tactique de plus en plus populaire entre les régimes répressifs et autoritaires et certaines démocraties. On peut affirmer dès lors que les gouvernements l’utilisent pour étouffer la dissidence, taire les voix de l’opposition ou cacher les violations des droits humains, qui soulève des inquiétudes quant à la restriction de la liberté d’expression.

Les régimes politiques ont généralement réduit l’accès en ligne en réponse aux manifestations, en particulier des élections, car elles tentent de maintenir leur pouvoir sur le chemin en limitant le flux d’informations.

C’est l’équivalent numérique du contrôle des chaînes de télévisions locales et de la station de radio, comme en ont souffert la SEN TV et WALF TV.

Souvent ces actions tentent de se justifier par la “limitation des informations préjudiciables”, ces dernières étant parfois utilisées par des régimes autoritaires pour justifier des mesures de répression.

ISOC se bat contre la création et la diffusion des Fake news. Celles-ci créent un environnement dangereux et conduisent souvent à des actes irresponsables et non justifiés.

Par ailleurs, nous en profitons pour alerter sur la pire menace qui nous guettent ,le DEEP FAKE.

Le Sénégal doit éviter une normalisation de la perturbation ou de la coupure d’internet durant les périodes de troubles politiques et les élections. L’arrêt d’internet ou sa perturbation est devenu une nouvelle norme et il est inconcevable que la plus grande démocratie d’Afrique de l’ouest n’exerce aucun contrôle judiciaire sur ces mesures . Le gouvernement nous doit une explication claire

Il est grand temps pour nous de constitutionnaliser et de protéger l’ACCÈS À INTERNET POUR TOUS.

Issa Touré.
Membre de ISOC Sénégal
Chercheur en Science Politique

(Source : Social Net Link, 6 mars 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)