twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Sénat nigérian initie une enquête sur l’état du réseau 5G et l’impact de cette technologie sur la santé

mercredi 6 mai 2020

Le 5 mai 2020, le Sénat de la République fédérale du Nigeria a confié à son comité en charge de la santé, des communications, des sciences, des technologies et de la cybercriminalité d’enquêter sur le statut du réseau 5G dans le pays, ainsi que sur son impact sur la santé des populations. La décision fait suite à une motion intitulée « L’état actuel du réseau 5G au Nigeria » introduite par Uche Ekwunife du Parti démocratique populaire (PDP), sénatrice du district sénatorial central d’Anambra, dans l’État éponyme.

La motion elle-même faisait suite aux vives rumeurs qui ont saturé les réseaux sociaux en avril, faisant état de la fourniture du réseau 5G dans le pays et de son rôle dans la propagation du coronavirus. Des rumeurs qui ont vite suscité la peur auprès des populations et entraîné quelques actes de vandalisme contre les équipements des opérateurs télécoms.

Bien que le ministre des Communications et de l’Économie numérique, la Commission des communications du Nigeria (NCC), l’Association des opérateurs télécoms détenteurs de licence (Alton) et l’Association des compagnies télécoms du Nigeria (ATCON) aient apporté un démenti sur la 5G comme cause du Covid-19, la crainte suscitée au sein des populations n’a pas diminué.

Issa Ibrahim Pantami, le ministre, avait même affirmé que « le Conseil national de gestion des fréquences (NFMC), dont je suis le président, n’a pas délibéré ni publié de spectre de fréquences en vrac pour le déploiement de la 5G, aucune licence n’a été délivrée pour le déploiement de la 5G dans le pays ». Mais ces éclairages n’ont visiblement pas convaincu les populations et leurs représentants.

L’enquête commandée par le Séntat, au-delà de vérifier les dires du régulateur télécoms, devra surtout rassurer sur les conséquences sanitaires. La sénatrice Uche Ekwunife craint que le déploiement de la 5G ne requière l’installation de puissantes antennes qui émettront de puissantes radiations électromagnétiques, néfastes pour la santé des populations.

(Source : Agence Ecofin, 6 mai 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)