twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le SAT-3 renforce ses monopoles en Afrique

vendredi 16 mai 2008

L’étude, réalisée par l’Association pour le progrès des communications (APC), avait pour but d’analyser l’effet de la propriété de SAT-3 (South Atlantic 3/West Africa Submarine Cable (SAT-3/WASC), pour ses sigles en anglais) sur les marchés de communications en Angola, au Cameroun, au Ghana et au Sénégal. Elle s’est intéressée plus spécifiquement à la section africaine du câble sous-marin - qui longe la côte ouest de l’Afrique jusqu’en Afrique du Sud - en mettant notamment l’accent sur l’accès et le coût.

L’étude a révélé entre autre les faits suivants :

- Le coût de l’accès internet a diminué progressivement pour les usagers, mais pas aux niveaux attendus. Le coût des appels internationaux et de la bande passante internationale a également diminué - tant pour SAT-3 que pour le satellite - mais sans pour autant répondre aux attentes du marché.

- Sur les marchés de l’internet et des services internationaux dans chacun des pays, le nombre d’opérateurs légitimes et du marché gris offrant des services a augmenté et la concurrence ainsi créée a eu des effets positifs en réduisant les prix.

- L’examen de la régulation et de la législation des télécoms de pays comme l’Angola et le Sénégal donne l’impression que leurs marchés des télécoms sont (en grande partie) complètement libéralisés, en réalité, ce n’est pas le cas. À l’exception de l’opérateur historique du Sénégal, Sonatel, aucun des autres signataires de SAT-3 étudiés dans le cadre de la recherche n’ont été privatisés. Ces entités totalement publiques sont souvent en position de conflit d’intérêt dans les marchés où elles opèrent et qu’elles dominent (en général), ce qui freine les réformes du secteur et forme des goulots d’étranglement opérationnels.

- Dans tous les pays étudiés, le signataire de SAT-3 est le plus gros utilisateur de sa capacité. Au Cameroun, on estime que Camtel utilise environ 50% de la capacité allouée au pays, ce qui correspond à plus de 80% de toute la capacité utilisée par le Cameroun. De grandes compagnies, connectées directement au câble, utilisent le gros de la capacité restante.

- À l’exception de l’opérateur historique du Ghana, Ghana Telecom, les autres signataires de SAT-3 étudiés dans cette recherche sont les seuls fournisseurs légaux de la connectivité internationale dans leur pays.

- Dans la plupart des cas, on constate donc un renforcement de leur monopole - les opérateurs publics, qui sont les seuls fournisseurs de la connectivité internationale dans des marchés non concurrentiels, ne sont guère motivés à offrir un accès et des prix équitables à d’autres opérateurs et aux consommateurs.

L’étude recommande que soient adoptées de nouvelles mesures pour libéraliser les marchés des télécommunications dans les quatre pays afin d’ouvrir l’accès à SAT-3 à un plus grand nombre d’opérateurs de manière à réaliser tout son potentiel en Afrique.

L’étude est composée d’un exposé qui offre la synthèse des résultats obtenus par l’étude des quatre pays, Angola, Cameroun, Ghana et Sénégal, en plus des études de cas complètes, pouvant être téléchargées ici.

L’étude sera bientôt accessible en français et en portugais.

(Source : CIPACO, 15 mai 2008)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)