twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Restic est partant pour une révision, voire une reforme du code actuel des marches publics

mercredi 15 octobre 2008

Le Rassemblement des Entreprises du Secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (RESTIC) encourage les pouvoirs publics dans leur volonté de réviser, le cas échéant de reformer le code des marches publics promulgue’ au second trimestre de l’année 2007.

Le cadre règlementaire trop formaliste du Code des Marches Publics dans sa version actuelle et son interprétation trop textuel et rigide par la Direction Centrale des Marche ( DCM ) ont nui a son efficacité économique . L’achat public ou l’appel d’offre sont avant tout des actes économiques qui doivent aboutir à la satisfaction optimale des besoins de l’Etat et des différentes administrations au meilleur rapport qualité-prix.

Il est urgent d’alléger et de simplifier le code des marches publics dans ses dispositions techniques et fonctionnelles pour favoriser l’égal accès de toutes les entreprises et accélérer les délais de passation sans sacrifier les exigences de transparence et de contrôle. Il s’agit d’un enjeu majeur puisque le montant global des marches publics s’élève a 700 Milliards de F.cfa en moyenne chaque année.

Pour le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) national structure en entités juridique de petites et moyenne taille (PME) l’introduction des procédures dites de l’allotissement et surtout une dématérialisation d’amont en aval des procédures de soumission devraient les placer en meilleures posture face aux filiales locales de puissantes entreprises et firmes étrangères qui compétissent agressivement dans l’exécution de projets structurants dans les TIC dans notre pays tels les cartes d’identité et passeports numérisés et biométriques, l’intranet gouvernemental et bientôt l’informatisation et la numérisation du fichier d’état civil.

Le RESTIC fut parmi les premières organisations professionnelles a organiser avec l’ARMP un atelier de formation et de mise a niveau sur le nouveau code des marches publics pour les entreprises membre de notre organisation. Nous faisons du renforcement des capacités des entrepreneurs un axe essentiel de notre démarche.

Le Bureau Exécutif du RESTIC

15 Octobre 2008

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)