twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le RESTIC salue la mise en œuvre du programme e-gouvernement

dimanche 23 septembre 2007

La mise en place et la fonctionnalité du programme e-gouvernement au Sénégal connaîtra une "avancée significative" avec le lancement grâce à un financement de la Chine de la seconde phase de l’intranet gouvernemental, estime le Rassemblement des entreprises du secteur des technologies de l information et des télécommunications (RESTIC).

Dans un communiqué transmis dimanche à l’Aps, le RESTIC appelle l’Agence de l’Informatique de l’Etat, maître d’oeuvre de ce projet, à lancer une série de concertations avec "toutes les parties prenantes, aux premiers rangs, desquelles les entreprises du secteur TIC pour les associer et les impliquer étroitement dans toutes les phases d’exécution de ce grand chantier technique et technologique".

Le projet du e-gouvernement entre dans le cadre du Programme de modernisation des systèmes d’information de l’administration sénégalaise. Le gouvernement sénégalais et des autorités chinoises ont signé récemment un protocole d’accord prévoyant son financement par Pékin.

Le Rassemblement invite aussi l’Agence à prendre note de la Déclaration de politique générale du Premier ministre prononcée le 17 septembre devant les députés à l’Assemblée nationale.

Le chef du gouvernement avait déclaré que "l’encouragement à la modernisation de l’administration et des collectivités locales devrait générer un volume important d’activités pour les entreprises du secteur, ainsi que de nombreux emplois spécialisés, notamment dans le cadre des chantiers numériques identifiés pour construire le E-SENEGAL".

"Le RESTIC considère que l’accélération de la mise en place du e-gouvernement avec l’avènement de la phase 2 de l’intranet gouvernemental doit s’accompagner d’un important effort d’éducation et de promotion auprès des citoyens et des entreprises", souligne le communiqué.

Le texte ajoute que la communauté des TIC du Sénégal a un "rôle important" à jouer dans cet effort "si des moyens adéquats sont mis a sa disposition".

Le RESTIC invite "toutes les populations du Sénégal a s’approprier de cette innovation majeure qui est le e-gouvernement et d’en faire un levier incontournable dans la modernisation des rapports entre l’administration, les citoyens et les entreprises".

(Source :APS, 23 septembre 2007)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)