twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Procureur demande l’inculpation du boss de WARI

samedi 20 juin 2015

En pointant la loupe sur les affaires de la plus célèbre société de transfert d’argent du Sénégal, Wari, nous ne pensions pas trouver autant de cafards. Plusieurs procédures sont en réalité enclenchées contre celui qui est considéré comme le grand Manitou de Wari. Lignedirecte.sn, dernier né des sites d’informations, (toujours copiée, jamais citée), peut assurer dans cette affaire, que le Procureur de la République a demandé dans son réquisitoire supplétif transmis au doyen des juges d’instruction, juge du Premier cabinet, l’inculpation de Kabirou Mbodj, Directeur général de la C.S.I (Wari). Cette procédure fait suite à la plainte déposée auprès du Procureur de la République près le tribunal régional hors classe de Dakar, par deux actionnaires de Wari, Malick Fall et Seyni Camara. Tous les deux se présentent comme des actionnaires de Cellular system international (C.S.I.SA) et Interactive Sarl. Ils poursuivent Kabirou Mbodj, Directeur général de C.S.I.SA, la société qui endossait le business Wari, d’abus de biens sociaux et d’infraction à la modification du capital des sociétés anonymes. Dans cette plainte dont nous n’avons pas copie, mais dont nos sources ont de façon certaine, pris connaissance, la genèse du business est bien relatée.

L’histoire jamais racontée de Wari…

C’est en 2006 que le projet commence à germer et que Kabirou Mbodj se rapproche de Seyni Camara, cadre de banque spécialisé dans les transferts d’argent. Ce dernier qui a un expertise avérée pour avoir travaillé dans les plus grandes banques, contacte à son tour Malick Fall en 2007, et lui propose de prendre part à l’aventure. Ce dernier a aussi une expertise confirmée dans la mise en place des plateformes informatiques pour servir de base techniques aux opérations de transfert d’argent. Dans la plainte déposée chez le Procureur de la République, il est bien précisé que Kabirou Mbodj n’a aucune expertise dans le domaine des transferts d’argent. C’est du reste lui qui semble avoir déclenché le processus pour avoir contacté Seyni Camara qui va se charger de mettre en place l’équipe. Le quatrième actionnaire de la boîte arrive donc par la ‘’baraka’’ de Malick Fall qui fait venir un expert du nom de Cheikh Tague. Ce sont ces quatre actionnaires de la CSI qui va lancer Wari. L’expérience démarre d’ailleurs très mal et les débuts sont plus que difficiles. Car, c’est avec un concurrent, précisément PostFinance que le business commence ses activités. La plateforme s’appelle ‘’Call Money’’ et c’est Seyni Camara qui le baptise ainsi. Malick Fall met en place les systèmes d’informations financiers et de services de transfert d’argent. La Poste glisse des peaux de bananes à la petite entreprise logée dans des bureaux exigus à la place de l’Indépendance. La CSI.SA finit par jeter l’éponge et cherche un nouveau partenaire financier. Seyni Camara engage les négociations avec la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (CNCAS). Il faut trouver un autre nom, tout neuf. C’est ainsi que Wari est né. Selon de sources proches de la Police judiciaire sénégalaise, c’est Wari Wassa qui avait été proposé comme nom, mais Seyni Camara pensera que Wari sonne ‘’plus court, plus choc’’. Kabirou Mbodj suit tout ce processus avec attention. Il écoute beaucoup en laissant les experts faire le travail nécessaire.

Le virage…Interactive

Même avec ce changement de cap, Wari ne prend pas immédiatement son envol. La croissance n’est pas encore au rendez-vous et les actionnaires décident non seulement de créer une nouvelle société dénommée Interactive pour accélérer le déploiement du réseau de Wari. Un nouvel actionnaire arrive en la personne de Bernard Tissot et la nouvelle société qui vient renforcer la CSI dans l’activité, est composé de cinq actionnaires, avec chacun 20% du capital social. Seyni Camara est nommé gérant d’Interactive. La CSI se focalise sur le produit et le public alors qu’Interactive gère les réseaux et les points de vente. ‘’C’est le tournant’’, lâche un de nos interlocuteurs. La séparation de l’activité de gestion du réseau des autres tâches dope la machine. A partir de ce moment, Wari commence à connaître la croissance. De façon très rapide. ‘’Si rapide que cela donne le tournis à certains’’, raconte d’ailleurs, avec un brin d’ironie, une de nos sources. Kabirou Mbodj, qui est sans doute ‘’le plus téméraire’’ du groupe, selon les termes d’un cadre de la boîte, décide de prendre le contrôle de la maison et d’écarter ses ‘’compagnons de galère’’ qui n’auront même pas à goûter aux premiers fruits de leur labeur… A suivre dans quelques instants.

(Source : Ligne Directe, 20 juin 2015)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)