twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Nigeria veut sanctionner Facebook qui diffuse les appels à la violence de groupes séparatistes

vendredi 13 mai 2022

Déterminés à lutter contre les discours haineux sur les réseaux sociaux, les autorités nigérianes ont posé des actions fortes dans ce sens. Le gouvernement nigérian a même utilisé ce motif pour justifier la suspension de Twitter pendant plusieurs semaines.

Au Nigeria, les autorités locales pourraient se pencher dans les heures prochaines sur la modération du contenu de Facebook dans le pays. Le 12 mai, dans une diffusion en direct sur le réseau social, Efe Uwanogho, également connue sous le nom d’Omote Biafra, un des principaux porte-voix du séparatisme biafrais a incité les personnes suivant le live à commettre des actes de violence contre les ennemis de sa cause.

La situation irrite énormément le gouvernement qui n’a pas tardé à y réagir. De nombreuses autorités reprochent à Facebook de ne pas empêcher la diffusion de ces discours haineux. Cela dit, les choses ne sont pas aussi simples. Ayant compris comment fonctionne l’algorithme de Facebook, la campagne des séparatistes biafrais diffuse essentiellement ses messages en langues locales que le réseau social semble avoir du mal à modérer.

« Pour le journaliste d’investigation nigérian Nicholas Ibekwe, cette faille rend Facebook très intéressant pour leur cause. Il estime même que d’une manière générale, « les réseaux sociaux ont été l’outil le plus efficace d’Ipob (le groupe séparatiste biafrais ; NDLR) pour réaliser la plupart de ses objectifs ». De quoi renforcer les autorités locales dans leur envie d’accentuer le contrôle sur ces plateformes.

Servan Ahougnon

(Source : Agence Ecofin, 13 mai 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)