twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Nigeria signe la Convention de Budapest sur la cybercriminalité

mardi 23 août 2022

Le Nigeria est connu pour être l’un des pays abritant le plus de cybercriminels en Afrique. Cependant, les menaces du cyberespace perpétrées sur le territoire national ne sont pas toujours du fait de criminels locaux. Les autorités ont décidé de s’associer aux autres États pour lutter contre ce fléau.

Le Nigeria vient de franchir une étape importante en matière de cybersécurité et de lutte contre la cybercriminalité. Le pays a officiellement rejoint 66 États du monde en signant et en ratifiant la Convention de Budapest sur la cybercriminalité. Le conseiller à la sécurité nationale (NSA), Babagana Monguno, l’a annoncé le lundi 22 août à travers un communiqué.

Selon le communiqué, la signature de la convention intervient après l’autorisation d’adhésion signée par le chef de l’État Muhammadu Buhari le 6 juillet et l’approbation du Conseil exécutif fédéral (FEC) le 29 juin.

Depuis quelques années, le Nigeria lutte activement contre les infractions commises par le biais d’Internet et d’autres réseaux informatiques. En 2015, la loi sur la cybercriminalité (interdiction, prévention, etc.) avait été adoptée comme cadre juridique pour la codification des activités criminelles dans le cyberespace.

En 2021, le gouvernement fédéral a élaboré une politique et une stratégie nationale de cybersécurité (NCPS 2021). Il avait également mis sur pied l’équipe nigériane d’intervention en cas d’urgence informatique (ngCERT) et un laboratoire national de criminalistique numérique.

La signature de la convention de Budapest va donc permettre « de soutenir et de faire partie de la coopération internationale dans la lutte contre les menaces de la cybercriminalité. Ceci compte tenu de la nature transfrontalière des menaces liées à la cybersécurité et de la nécessité impérieuse d’une synergie et d’une collaboration efficace avec la communauté internationale pour relever ce défi sans cesse croissant », a déclaré Babagana Monguno.

La Convention de Budapest, également connue sous le nom de Convention sur la cybercriminalité, est le premier traité international visant à lutter contre la criminalité sur Internet en harmonisant les législations nationales, en améliorant les techniques d’enquête et en renforçant la coopération entre les nations.

Samira Njoya

(Source : WeAreTechAfrica, 23 août 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik