twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Nigeria reçoit le soutien du gouvernement britannique pour son projet de loi sur les start-up

mercredi 15 septembre 2021

Si le numérique prend une part croissante dans les économies de plusieurs pays d’Afrique, le cadre réglementaire devant assurer son plein épanouissement n’évolue pas aussi vite. Le Nigeria, leader africain au nombre de start-up technologiques, veut rattraper ce retard.

Le gouvernement britannique, à travers son programme Africa Technology and Innovation Partnership (ATIP) et UK-Nigeria Tech Hub, a annoncé son soutien au Nigeria Start-up Bill (NSB). Il s’agit d’un projet de loi conjoint de l’écosystème technologique local et de la présidence, mené par le ministère des Communications et de l’Economie numérique.

Le but de ce projet de loi est d’améliorer le cadre politique et réglementaire pour augmenter la croissance et la compétitivité de l’écosystème technologique du pays. Ainsi, le NSB veillera à ce que les lois et règlements du Nigeria pour les start-up soient clairs et fonctionnent dans le cadre déjà en place.

Londres financera non seulement l’engagement des parties concernées dans tout le pays grâce à des réunions publiques, mais permettra aussi l’accès à la recherche et aux données probantes permettant de relever les défis posés par le cadre réglementaire actuel.

« Le Nigeria qui abrite le plus grand nombre de start-up technologiques d’Afrique va rejoindre un nombre croissant de pays africains qui ont promulgué un projet de loi sur les start-up […] Nous sommes heureux de soutenir ce processus qui s’appuie sur la recherche et les preuves de ce qui fonctionnerait pour améliorer l’environnement favorable aux start-up au Nigeria », a déclaré Leanne Jones, chef d’équipe pour la recherche et l’innovation en Afrique de l’Ouest au ministère britannique des Affaires étrangères.

(Source : Agence Ecofin, 15 septembre 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)