twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Niger se lance dans l’élaboration de sa stratégie nationale de cybersécurité

lundi 11 juin 2018

La République du Niger a décidé de se doter d’un plan d’action approprié pour protéger ses réseaux télécoms et informatiques. Le 07 juin 2018, elle a installé un comité technique chargé de l’élaboration de sa stratégie nationale de cybersécurité, avec prise de fonction immédiate. Du document national de référence en matière de lutte contre la cybercriminalité attendu de cette équipe d’experts, dépendra le niveau de préparation futur du pays aux risques inhérents aux technologies de l’information et de la communication en constante évolution.

La nécessité de doter le pays d’une feuille de route en matière de cybersécurité s’est imposée au gouvernement nigérien, au regard de l’ampleur que prend la cybercriminalité dans le pays et en Afrique de l’Ouest, avec plusieurs pays voisins présentés comme des nids de brigands numériques. Selon Adamou Harouna Midou, commissaire de police, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité à la direction de la police judiciaire du Niger, la cybercriminalité a explosé dans le pays à travers l’escroquerie sur Internet et le chantage. Plusieurs des victimes ne viennent pas dénoncer parce qu’elles ont peur d’attirer l’attention sur l’objet du chantage auquel elles sont soumises. Ce sont des millions de FCFA qui sont dérobés au quotidien.

La stratégie nationale de cybersécurité devrait aider le gouvernement du Niger à corriger progressivement ses lacunes, notamment l’insuffisance de son dispositif législatif et réglementaire, technique et humain, et restreindre l’impact négatif du numérique sur son développement socio-économique.

Actuellement, seule la loi sur la protection des données à caractère personnel a déjà été adoptée par l’Assemblée nationale. Les autres outils juridiques : le projet de loi portant sur la révision du Code pénal pour tenir compte de la cybercriminalité ; le projet de loi portant sur la révision du Code de procédure pénale pour tenir compte de la cybercriminalité ; le projet de décret portant sur la création d’un centre d’expertise et de lutte contre la cybercriminalité et le projet de loi sur la cybercriminalité sont toujours attendus.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 11 juin 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)