twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Niger est toujours privé d’Internet

vendredi 5 mars 2021

Dix jours qu’Internet est coupé au Niger. Cette coupure est intervenue au lendemain de la proclamation des résultats provisoires du 24 février dernier qui ont donné le candidat Mohamed Bazoum vainqueur de l’élection présidentielle. Dans la foulée des protestations de l’opposition, qui ont fait deux morts selon Amnesty International, le chef de l’opposition Hama Amadou est lui toujours emprisonné.

C’est le dixième jour sans internet au Niger. Le pays est coupé du reste du monde, depuis que les résultats du second tour de la présidentielle ont été contestés par l’opposant Mahamane Ousmane. Selon Amnesty, plusieurs utilisateurs passent par des technologies VPN et satellite pour contourner l’interdiction. Les opérateurs Niger Telecom, Zamani Telecom, Moov Africa Niger et Airtel Niger n’ont pas publiquement communiqué sur cette interruption. Pendant ce temps, des organisations de la société civile menacent de porter plainte contre l’Etat nigérien. Les autorités n’ont toujours pas commenté cette coupure qui paralyse les communications et les transactions financières dans le pays,

Après la proclamation des résultats provisoires de la présidentielle du 21 février, des manifestations avaient éclaté le 23 février dans la capitale Niamey et dans plusieurs villes à l’annonce de la victoire de Mohamed Bazoum crédité de 55,7% des voix par la commission électorale indépendante. Deux personnes ont perdu la vie, Amnesty International appelle à l’ouverture d’une enquête :

’’Toutes les parties doivent faire preuve de retenue dans cette situation déjà tendue. Nous appelons les autorités nigériennes à enquêter sur ces décès, à poursuivre en justice les responsables présumés dans le cadre de procès équitables et à prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à tous d’exercer le droit de manifester pacifiquement’’, a déclaré Ousmane Diallo, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

L’opposition exige la libération de Hama Amadou

Mercredi, l’opposition nigérienne a dénoncé l’incarcération de trois de ses militants après plusieurs jours de garde à vue. Il s’agit du général à la retraite Moumouni Boureima, ancien chef d’état-major des armées, incarcéré à la prison de Ouallam (nord de Niamey), Abdou Maman à la prison de Kollo (sud de Niamey) et Seydou Tahirou Mayaki, un ex-colonel des douanes, à la prison de Say (sud de Niamey), selon un communiqué des députés de l’opposition.

De plus, les députés ont également dénoncé "la déportation" lundi de l’opposant et ancien Premier ministre Hama Amadou à la prison de Filingué, une zone désertique située à 200 km au nord de la capitale.

Hama Amadou Amadou, ancien président de l’Assemblée nationale, est accusé par les autorités d’être le responsable des troubles qui ont éclaté après l’annonce le 23 février de la victoire du candidat du pouvoir Mohamed Bazoum au second tour de la présidentielle, face à l’ex-président Mahamane Ousmane soutenu par l’opposition.

Des opposants retrouvent la liberté

Dans la foulée, plusieurs opposants ont par ailleurs été remis en liberté, selon leurs entourages. Djibrilla Baré Maïnassara, candidat au premier tour qui a soutenu M. Ousmane, a été "inculpé pour diffusion de données pouvant troubler l’ordre public mais laissé en liberté provisoire", selon son avocat.

A Zinder, deuxième ville du Niger, une dizaine d’opposants interpellés après des troubles ont été inculpés par un juge d’instruction qui les a remis en liberté, selon Me Lirwana Abdourahamane, l’avocat de Mahamane Ousmane. Les chefs retenus contre eux sont notamment : "appel et incitation à un mouvement insurrectionnel, participation à un attroupement non autorisé, dégradation de biens publics et privés", a précisé l’avocat.

(Source : AfricaNews, 5 mars 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)