twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Niger a lancé une étude dont les résultats lui permettront de faire d’Internet un moteur du développement

mardi 12 octobre 2021

Au cours des trois dernières années, le taux de pénétration d’Internet a sensiblement augmenté au Niger. Il avoisine les 30%. Alors que les enjeux autour de la connectivité se multiplient sur le continent, le pays veut aller bien plus loin.

Le gouvernement de la République du Niger, à travers le ministère de la Poste, des Télécommunications et des Nouvelles technologies de l’information, a lancé le samedi 9 octobre l’étude sur le développement de l’Internet. Hassane Barazé Moussa (photo), le ministre, a expliqué que les résultats de cette recherche permettront aux autorités nigériennes d’appréhender concrètement l’environnement et les politiques nationales de l’Internet, d’évaluer l’écosystème numérique, d’identifier aisément les manques à combler pour faire d’Internet un outil de développement.

Hassane Barazé Moussa a affirmé que « les dispositifs numériques à eux seuls, aussi performants et sophistiqués soient-ils, ne génèrent pas un quelconque changement social ou économique dans une société donnée ». Bien que des millions de Nigériens aient déjà accès à Internet, de nombreux défis demeurent encore à relever aussi bien en matière de couverture que de compétences et de politiques.

L’étude sur le développement de l’Internet intervient au regard des enjeux de relance économique adossés à l’Internet après la Covid-19. Dans son rapport 2019 « Economic contribution of broadband, digitization and ICT regulation Econometric modelling for Africa », l’Union internationale des télécommunications (UIT) déclare qu’une croissance du taux de pénétration du haut débit fixe et mobile de 10% a le potentiel de susciter une croissance du Produit intérieur brut de 0,3% pour le fixe et de 2,5% pour le mobile. Alors que la Banque mondiale s’est engagée, pour la période 2018-2022, à accompagner le Niger dans le développement de l’accès à Internet, aussi bien en zones urbaines que rurales, et de faire de la connectivité un outil de croissance socioéconomique, le gouvernement veut à travers cette étude mettre toutes les chances de succès de son côté.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 12 octobre 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)